lieux autogérés
jeudi 26 mars 2009
par NA Franck

Squat de L’Avenir, Genève mars 2009- Le collectif de L’AVENIR fête ses dix ans.

 [1]

rue de L Avenir IMG/flv/avenirversion2.flv
NA

sur vos écrans...

Texte anonyme trouvé sur un mur d’expression libre dans le squat de L’AVENIR :

«  ça leur fait tout drôle aux banquiers de se retrouvent sur le pavé.

Mais pour ceux qui n’ont connu que la précarité, à commencer par la précarité de convictions, il y a belle lurette qu’ils ne vont pas se prendre la tête.

Ils ont admis la logique chaotique.

Ils ont apprivoisé la peur des lendemains.

Ils ont effacé les fins de non-recevoir.

Ils ont adopté des mœurs bizarres, des arts mi-beurre, des heures, Bismarck.

Ils se sont dotés d’ habits cousus-mains.

Leurs sourires délient la parole. Leurs doigts agiles bricolent. Leurs mains s’ouvrent facilement, elles ont de la corne douce à caresser.

Ils savent attendre et ne rien attendre,

Etre ensemble, corps à corps, accueillir ou ne pas être d’accord.

Ils savent surtout que leur espèce, l’humaine,

Est capable, depuis presque un siècle,

De tout faire sauter.

Ils savent intimement que le suicide n’est plus une affaire individuelle.

Ils savent naturellement que la planète a besoin de chacun,

Qu’elle est devenue un animal domestique, incapable de subvenir seule à ses besoins.

Elle est un gros animal domestique envahi par ses maitres, les parasites.

Qu’une planète est toujours trop petite, quand ses petits sont si gloutons, si nombreux, si turbulents.

Elle est peut-être trop vieille, en tout cas, elle a besoin désormais qu’on s’occupe d’elle.

Ils savent qu’ils sont responsables de ce qui les entoure et qu’ils doivent bouger, puiser, exploiter, évoluer avec parcimonie. Ils voient bien qu’un seul geste inconsidéré blesse à côté. Et s’ils sont marginaux c’est qu’il faut soigner les à-côtés.

Ils savent qu’il n’y a plus d’extérieur qu’on pourrait nier.

Et leur frugalité est un mode de vie responsable et amoureux des richesses.

Des richesses de la Terre qu’ils chantent à tue-tête.

Il y a de cela dans la discrète occupation de leur temps.

Et les nouveaux exclus, par les banquiers sur le pavé,

ne savent encore rien de tout cela. »

AN.

communiqué : 10 ans d’AVENIR…ça se conte !

Un matin plein d’entrain, d’un certain 17 mars, une bande de 7 insoumis-es s’en allait s’occuper d’une jolie maison, lâchement laissée à la spéculation de quelques millions…au milieu d’Eaux encore Vives ! Ainsi débuta un long flot tranquille (enfin pas toujours) d’expériences collectives autogérées…oui, vous savez, cette conception sociale de la non-hiérarchie qui donne de l’urticaire aux banquiers et autres horlogères suisses !

Des élans et envies communes se sont alors construits avec leurs joies, leurs apprentissages, leurs doutes, leurs crises, leur petit lot d’activités : les « 7soirées », le Chaos bar, des projections, des boulans (repas collectifs tournants dans des maisons occupées…) ; et tout ce qui peut charmer et décourager une vie quotidienne collective… Une quarantaine d’habitants-es et quelques centaines d’ami-es, camarades et inconnu-es bienvenues auront semé leurs graines de vie durant cette décennie d’Avenir…quoi 10 ans …déjà, seulement, et pour combien de temps encore ??...

Eh bien, paraît-il que l’avenir nous est aujourd’hui compté, disent-ils…. Une évacuation menaçante fait front à notre maison, « l’AVENIR », suivant la ligne droite des justiciers policés jeunes-voix, ayant réprimés bon nombre de lieux de vie d’autres camarades et ami-es (La Tour, RHINO, les Tulipiers, Drize…), ainsi que des espaces culturels et artistiques (l’Arquebuse, Artamis) avant celui-ci. Cette pratique locale (ainsi que nationale et internationale) devenue commune depuis deux ans avec un objectif d’autorité, pas même caché, de « 0espaces et lieux autogérés, hors les normes » d’ici la fin 09 à Genève, pensons-nous…

Alors, afin de ne pas se laisser « exterminer » en silence, et continuer à fleurer les contre-courants, nous allons ironiser et jouer le sort que cette « justice sociale » imagine nous réserver ; et continuer à faire vivre des formes de vie autrement plus solidaires, enrichissantes, autonomisantes et certainement plus »sociales » et viables…que leur Kapital en crise permanente !

Un collectif d’Avenir, mars 2009

voir

http://www.darksite.ch/lachaine/spip/spip.php ?article94 et

http://www.darksite.ch/lachaine/spip/spip.php ?article92

[1] le texte est anonyme la musique collective,

le film de Franck NA .