Coordination Européenne du Droit au Logement réunie à Londres oct 2014 (suite et fin)
jeudi 23 octobre 2014
par NA Franck

Coordination Européenne du Droit au Logement réunie à Londres oct 2014

JPG - 248.7 ko
Glyn Robbins
Coordination Européenne du Droit au Logement et à la Ville
Unite Housing Workers, England IMG/flv/COALITIONLONdresGlynRobbinsenglish.flv
Glyn Robbins, in english
Lambet United Housing co-op, UK IMG/flv/COALITIONLONDRESJulianHall.flv
Julian Hall COALITION européenne pour HOUSING RIGHTS à LONDRES
Mieterverein, Witten Germany IMG/flv/COALITION_Germandeutschland.flv
Ernst Knuth in Deutsch . Coalition Européenne pour le Droit au Logement et à la Ville, Londres, oct. 2014
Urban Movements, Turkey IMG/flv/COALITIONLONdonTurqueenglish.flv
Cigdem Sahin, Istanbul in english Coalition Européenne pour le Droit au Logement, Londres, oct. 2014

Pour sa deuxième action collective, la Coordination européenne du Droit au Logement se retrouve à Londres en octobre 2014. Apporter les voix de la Société Civile face à une foire des investisseurs immobiliers qui se tient à Londres en même temps, est nécessaire tant les atteintes aux cadres de vies sont féroces et nombreuses. Un certain nombre de délégués de toute l’Europe viendront témoigner de cas d’urgence. Dénoncer les abus de propriétaires et de spéculateurs est le premier pas pour enrayer la marche des bulldozers pilotés par le profit de ploutocrate. Merci aux délégués d’organisations locales qui dévoilent des cas précis en France, Angleterre, Hongrie, etc... de spéculations sur le logement aveuglées par le gain, de grands travaux culturicides de quartiers entiers, de stratégies de transnationales indifférentes aux vies humaines. Alors que la crise des finances plonge le plus grand nombre, il n’y a jamais eu autant de richesses en Europe. Pour comprendre un peu mieux comment nous en sommes arrivés à cette situation inique, permettez moi de parcourir rapidement 30 000 ans de notre histoire commune :

La propriété est apparue avec l’agriculture autant dans la possession de concubine que dans celle de terres. Les fermes ont voulu montrer des limites, leur champ d’action, dont les paysans attendaient légitimement de pouvoir disposer en fruits de leur labeur. La transmission d’un domaine agricole nécessitait d’être sûr de sa progéniture, et donc de lier famille et terre dans un sentiment de propriété. Avant cette période de l’agriculture de quelques millénaires, l’humain était plus libre de moeurs et nomade autant dans ses relations que dans son territoire. Il semblait peu attaché à un domaine privatif et les couples n’étaient pas fixés à un mariage éternel. Nous arrivons à une troisième époque : celle où la concentration abusive de propriétés entre les mains de quelques uns est en dichotomie avec la réalité d’une société éclatée, dispersée, cosmopolite : les couples sont plus mouvants, l’habitat moins définitif, les migrations, volontaires ou subies s’accélèrent... Quel est le système à inventer qui permettra l’accès au logement sans devoir passer par des possédants et des possédés. Quel principe à inventer serait en adéquation avec le nouveau nomadisme de cette société hors-sol ? Certainement pas d’entretenir une caste de marchands dont le travail consiste à modeler notre monde sur le critère de la possession privée et insatiable. A nous d’imaginer notre cadre de vie, et de refuser qu’une autorité animée par la seule puissance financière décide de notre environnement, de notre cadre de vie, et de notre avenir.

A. D. Genève

 [1]

Tenants Association, Poznan Poland IMG/flv/COALITIONLONDRES_POland_englishpolish.flv
in english and polish

Videos inédites de la Coalition Européenne pour le Droit au Logement à Londres octobre 2014 : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article335

Autre page avec des videos inédites de la Coalition Européenne pour le Droit au Logement à Londres octobre 2014 : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article336

Et dernière volée de videos de la Coordination européenne du Droit au Logements : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article340 Cartes de visites audiovisuelles des représentants de la Turquie, de l’Allemagne, de la Pologne et de deux organisations anglaises.

en Bonus : ATTAQUE au TERRIER  : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article341

"Faute de pouvoir et d’ambition, l’action du Conseil des Droits de l’Homme ne suffit pas. Les STN le soutiennent sachant que l’il ne peut pas formuler des injonctions, seulement des Recommandations non contraignantes. Il n’y a rien à craindre de ce côté pour le STN, si ce n’est ine parole fiable sur laquelle peuvent s’appuyer les activistes qui vont mettre un peu de sable sur la route toujours plus vindicative des STN. Je prendrai un exemple hors d’Europe pour illustrer ce propos : CHEVRON, société transnationale sévissant en Amérique : des victimes et leurs avocats de cette société sans scrupule sont poursuivis pour diffamation. Les avocats sont corrompus par la société Chevron. et les victimes doivent verser 15 millions de dollars la société. Voilà comment est rendu la justice aux Etats Unis ( mais aussi partout où l’argent est roi) face quand une population autochtone de l’Amazonie se dresse devant l’exploiteur déshumanisé qu’est une société transnationale ubuesque et indécente telle que Chevron. Elle a pourtant, en 26 ans, pollué plus de 450 000 hectares en Amazonie équatoriale, dans une des natures les plus riche en biodiversité. Elle a provoqué la mort et les maladies dans des populations indigènes par plus de 60 milliards de litres de liquides toxiques déversées dans les rivières, par 880 fosses d’hydrocarbure, et 6, 665 milliards de mètres cubes brûlés dans l’air libre. En novembre 2013, la plus haute instance juridique d’Equateur a donné raison aux 30 000 plaignants et confirmé en appel la condamnation de la compagnie américaine à payer 9,5 milliards de dollars de réparation. mais Chevron non seulement ne paie pas mais retire ses avoirs de l’Equateur, et tente toujours de discréditer les plaignants.Est ce que c’est à cela que vous souhaitez être confronté ? Est ce que l’impunité des sociétés agissant hors du sol de leur siège va t elle être encore admise alors qu’elle tire un profit considérable de la confiscation des ressources du pays qui les accueille ? Quand il y a accaparement des terres pour une exploitation du sol ou pour des projets immobiliers, les conséquences sont les mêmes. Aucun projet locaux ou en simple écran de fumée, mais une razzia des royalties.

Combien de cas avons nous vus au Tribunal International des Evictions de Genève de projets spéculatifs tel que complexes hôteliers dans des endroits simplement viable pour une population locale, et qui ont produit plus d’expulsions et de drames humains qu’une attaque terroriste ? Et ceci avec l’assentiment des autorités locales, impliquées par des avantages individuels, et qui ne redoutent pas d’utilise les forces de police ou de l’armée pour que les requins en cols blancs parviennent à leurs fin ? Je pense encore à Port Harcourt au Nigéria que nous avons cru, grâce notamment aux efforts d’Amnesty International, nous avons cru un moment que les populations de pêcheurs seraient préservées, et puis en août 2013, les bulldozers ont sans sommation rasé les maisonnettes et tout ce qui se trouvait dedans.

Franck NA

Le web-doc sur la Coalition européenne à Londres comprent 21 videos.

A quoi se rajoutent les videos de la première action conjuguée de la Coordination Européenne du Droit au Logement

videos du précédent Tribunal Populaire CLIC voir http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article314

Une coordination internationale manifeste contre la spéculation au MIPIM, foire des investisseurs et gros propriétaires terriens à Cannes, les 12 et 13 mars 2014.

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article311

JPG - 333.6 ko
London

[1] 1* Si à toutes soumissions, on trouvera des abus. L’autorité ayant un appétit insatiable. Dès qu’elle est assise, elle veut tout manger.

2* Quand il y a un locataire, il y a propriétaire. Parmi les propriétaires, certains en font profession : il s’agit de leur source de revenus.

Il y a corrélation entre la possession des choses et des partenaires-conjoints. L’adultère comme faute est apparue avec l’accès à la propriété.

Si il devait y avoir une corrélation entre le sentiment de propriété dans les couples et dans l’immobilier,

3* Aujourd’hui, la communauté dispersée, peu fidèle, dont les couples ont une durée plus courte. A croire qu’il y a plus de divorces que de mariages. Et surtout l’évolution des moeurs, les révolutions toujours plus proches, le rôle attribué à chacun devenant plus égalitaire et démodèlisé, une société plus dispersée, des liens plus flous, plus éphémères, la valeur attribuée à la maison plus dissolue alors que la propriété dans les faits appartient à une catégorie minoritaire de nantis.