Fiction dans les camps de réfugiés de Sahraouis
jeudi 27 juin 2013
par NA Franck
JPG - 64.9 ko
JPG - 141.5 ko
JPG - 48.4 ko
JPG - 362.9 ko
bonus musical IMG/flv/undeserttoppetitbonus.flv
musique du film "un désert trop petit"
bonus 2 musique du film "un désert trop petit" IMG/flv/undeserttoppetitBonus2.flv
musique composée et jouée sur un tindinit par Luali Said Maolud
JPG - 469.4 ko
JPG - 106.9 ko
JPG - 326 ko
JPG - 190 ko
JPG - 301.9 ko
JPG - 403.6 ko

un désert trop petit Piège de sable

Camp de Smara à 30 kilomètres de Tindouf, mai 2013

Dans la région du sud du Sahara, fut repéré en 1960 et en 1963 un enfant sauvage. Semble t il élevé par des antilopes, cet enfant fut pourchassé sans que les scientifiques, ni les militaires lancés à sa poursuite ne purent l’approcher suffisamment pour l’appréhender. Les témoignages existent. Mais qu’en est il ? Qu’est il devenu ? Les récits sahariens sont nombreux à évoquer des enfants sauvages vivant en communauté animale. Quelles trâces ont ils laissés ? Et comment actuellement un enfant sauvage pourraient ils survivre entre les différents prédateurs et dangers que cette région connait ? Entre l’âpreté d’un climat impitoyable, l’inconscience des hommes d’armes qui sillonnent cette région politiquement instable et les mines antipersonnelles que le Maroc a disséminées le long d’une frontière contestée par le Sahara occidentale, comment un humain solitaire pourrait il survivre ? Et pourtant... Au sud de l’Algérie, au Nord de la Mauritanie, dans les camps de réfugiés de Saharouis, une même histoire est racontée : celle d’un enfant nu qui court et bondit comme une antilope effarouchée, celle d’un fantôme furtif qui échappe toujours à ses poursuivants, celle d’une solitude survivant grâces aux maigres ressources du désert et qui fuit éperdument notre monde, univers de frontières, d’exploitations et de guerres.

JPG - 169.6 ko
JPG - 383.1 ko
JPG - 533 ko
JPG - 74.9 ko
JPG - 156.7 ko
JPG - 218.9 ko
JPG - 443.8 ko
JPG - 89.3 ko
JPG - 179.7 ko
JPG - 170.3 ko

complément sur un désert trop petit film de 25 minutes tourné par Franck Na dans les camps de Sahraouis en juin 2013.

Enfants sauvages dans la littérature : Mowgli, (R. Kipling) les enfants perdus : (dans Peter Pan mais aussi dans Pinocchio) les enfants redevant sauvages en groupe d’enfants : Sa Majesté des Mouches Romulus et Remus (Louve) …

Enfants sauvages répertoriés dans les médias : Sidi Mohamed, l’enfant-autruche, L’enfant-gazelle du Rio de Oro central, le petit Yves Cheneau (Loire Atlantique, France)( celui du film de Truffaut à moins que ce ne soit Victor de l’Aveyron, la petite fille du Cambodge, et ceux de Roumanie, de Sibérie, du Mexique… et au 18 siècle, Marie angélique Leblanc, sans parler d’Amala et Kamala (meute fictive en Inde)…

Comme il se trouve des animaux qui élèvent parfois des individus d’espèces animales différentes de la leur, il y a aussi des hommes qui élèvent des animaux ; il y a enfin, dans des conditions très particulières, des humains adoptés par des animaux. Rendons leur grâce...

L’approche de l’animal, toujours invisible, est mené avec des enfants, des femmes et des hommes du Sahara.

Le tournage permet de donner la parole et un rôle aux habitants des camps de réfugiés Sahraouis rencontrés autour de Tindouf :

C’est par leurs témoignages mais aussi par leurs contes et leurs musiques que nous suivons les trâces d’enfants sauvages.

Comme une investigation de proximité culturelle. Ce n’est peut-être pas l’enfant-sauvage que nous allons trouvé mais, pour sûr des questionnements sur l’image d’une sauvagerie confrontée à l’organisation de notre société prétendue civilisée. L’enfant-sauvage existe parce que c’est une antithèse de ce qu’est l’humanité civilisée ; De là où en est l’humanité actuellement. L’enfant–sauvage nous tend ce miroir. Plus nous en savons sur l’enfant-sauvage, et plus l’image de nous-même se dévoile. Et c’est un abîme. Le film est une sinueuse discussion et la recherche d’indices en lien avec ces rencontres.

Une course après un mythe. Au pays qui n’en n’est pas un.

Genève, janvier 2013.

Tournage mai 2013

JPG - 87.5 ko
JPG - 244.9 ko
JPG - 533 ko
JPG - 74.9 ko

La bande annonce et des bonus sont mise en ligne sur-

Et remerciements aux Sahraouis, à l’Afapredesa, au comité de soutien suisse au peuple Sahraoui.

JPG - 237.4 ko
JPG - 235.8 ko

Sur les trâces de l’enfant sauvage

Franck NA PALC

JPG - 371.3 ko

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article286 Bonus et bande-amnonce du film "Un désert trop petit" , fiction participative tournée dans le camp de réfugiés sahraouis de Smara.

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article268 disparitions, In english.

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article267 Procès du démantèlement sanglant du camp de Gdim Izik

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article262 Les Femmes Sahraouies.

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article261 En route avec les Sahraouis

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article264 Sur la question Sahraouie, Jean ZIEGLER et Christiane PERREGAUX en 2013

Fiction participative tourné dans les camps de Sahraouis de l’enfant-sauvage sortie juillet 2013 film de 26 minutes de Franck NA " Le désert trop petit pour un enfant" http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article259

Rendez-vous au Fond VERT Tunis Forum Mondial Social 2013 http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article279

Trois parlementaires et activistes sahraouis à Genève : clic sur http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article225

Sauvageon

Sur les trâces de l’enfant-sauvage