Achraf avant le 31 décembre 2011
vendredi 16 décembre 2011
par NA Franck

Le vendredi 16 décembre 2011

JPG - 3.2 Mo

Qu’attends l’Europe ?

Qu’attends l’ONU ? ACCORD PROVISOIRE ENTRE L’ONU ET BAGDAD SUR LE SORT DES MOUJAHIDINE DU PEUPLE REFUGIES A ACHRAF

Les 3 400 réfugiés iraniens de l’Organisation des moudjahidine du peuple iranien résidants au camp d’Achraf, dans l’est de l’Irak, seront déplacés dans un lieu d’accueil temporaire à l’intérieur du pays, le temps que la question de leur statut soit réglée par les Nations unies. L’accord, signé dimanche 24 décembre par l’envoyé spécial de l’ONU, Martin Kobler, et le conseiller irakien pour la sécurité nationale, Falah Al-Fayadh, prévoit un " règlement humanitaire et pacifique de la situation des résidents " d’Achraf, tous opposants résolus au régime de Téhéran. Le gouvernement irakien, proche de l’Iran, souhaite fermer ce camp. - (AFP.)

Avant le 31 décembre 2011 IMG/flv/Ashraf2001.flv
Un chaîne humaine à Genève le 6 décembre 2011.
durée de la vidéo : 6 minutes

« La deadline, posée par le gouvernement irakien, pour la fin de l’année, pour la suppression, pour l’anéantissement du camp existe toujours. Le danger d’un massacre majeur, de nouveau, plane sur Achraf », a déclaré Me Nils de Dardel, co-président du Comité suisse pour la défense d’Achraf.

déjà en avril dernier : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article175

vidéos Franck NA

17 février 2012

• Le 21 décembre 2011, Mme Maryam Radjavi, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne a annoncé que les résidents d’Achraf avaient accepté le transfert de 400 habitants au camp avec des garanties pour des assurances minimales qu’ils avaient énoncées. Le 28 décembre 2011, elle a également annoncé que 400 résidents étaient prêts à partir au Camp Liberty le 30 décembre avec leurs biens meubles et leurs véhicules comme signe de bonne volonté. • Pourtant, sous les pressions exercées par le régime iranien, le gouvernement irakien a sans cesse entravé le progrès et a renié systématiquement le protocole d’accord signé par l’ambassadeur Martin Kobler (représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU) et les pouvoirs publics irakiens. En fait, le régime de Téhéran et ses alliés au sein du gouvernement irakien font de leur mieux pour transformer le camp Liberty en prison. • La taille de la partie du camp consacrée aux habitants d’Achraf a été réduite à plusieurs reprises. Les résidents d’Achraf ont été empêchés d’aller visiter Liberty avant le nouveau site. Ce refus a été également pour leurs avocats. Ils ont été privés de leur droit de prendre les véhicules et des équipements de subsistance de base avec eux pour le camp Liberty. Le Gouvernement irakien a mis en place de hauts murs en béton autour de la zone réduite (immensément plus petit que ce que l’Ambassadeur Kobler avait promis à l’origine) du camp Liberty réservée aux résidents d’Achraf, qui ne pourront jouir de leur l liberté de mouvement. Une fois entré dans le nouveau camp ils seront à l’intérieur d’un établissement carcéral. Les pouvoirs publics irakiens ont installé un poste de police à l’intérieur de cette petite zone, les unités de police ont participé aux deux tueries qui se sont produites contre les résidents d’Achraf lors des attaques des forces armées irakiennes, en juillet 2009 et en avril 2011 au cours desquels 47 habitants d’Ahraf ont été tués. • Le 31 janvier, l’Ambassadeur Kobler a annoncé que le Camp Liberty était prêt pour le transfert des résidents d’Achraf. Ceci alors qu’il n’y a même pas d’eau potable dans le camp. Plus important encore, le Camp Liberty ne remplit pas les normes humanitaires internationales et du respect des droits humains tels que la liberté de mouvement, qui a été soulevée par le HCR, il n’y a pas d’accès libre aux services médicaux, aux avocats ou aux familles. Seule l’infrastructure technique du camp a été approuvée par un expert en abri. • En un mot, le Camp Liberty est dépourvu des normes humanitaires internationales plus élémentaires et les normes des droits humains ne sont pas remplies. • Le HCR a reconnu les résidents d’Achraf comme des "demandeurs d’asile » et des « personnes d’intérêt » qui doivent bénéficier de protections fondamentales, de sécurité et de bien-être. Dans une déclaration officielle, publié le 1er février, contrairement aux rapports antérieurs suggèrent que l’infrastructure et des installations du Camp Liberty sont en conformité avec les normes internationales humanitaires, le HCR a indiqué clairement que le Camp liberté "est approvisionné pour permettre aux résidents de se déplacer volontairement et de rester sur une base temporaire dans des conditions sûres et décentes." La déclaration du HCR a noté que son rôle n’a été que de donner des "conseils sur les aspects techniques de l’amélioration de l’infrastructure du camp." L’Agence des réfugiés des Nations unies a également placé "la plus haute importance " à la nécessité pour les résidents d’Achraf de bénéficier de "la liberté de mouvement le plus souhaitable sur le site de relocalisation." • Toutes les demandes répétées des résidents pour qu’une petite délégation d’ingénieurs d’Achraf puisse inspecte le camp Liberty pour s’assurer qu’il réponde aux normes minimales ont été rejetées par les pouvoirs publics irakiens. • Le 7 février, 23 anciens hauts responsables américains proposent de se rendre en Irak pour le transfert du premier groupe des résidents d’Achraf comme observateurs impartiaux. Cette demande a également été rejetée par le gouvernement irakien. Ils ont déclaré : "Nous sommes très préoccupés par la position officielle du Gouvernement iraquien affirmant que les habitants d’Achraf n’auront pas de liberté de mouvement dans le camp Liberty. Nous sommes également très préoccupés par le manque d’intimité pour les résidents, en particulier étant donné qu’il y a un millier de femmes parmi les résidents. Nous réitérons notre position constante et répétée que le camp Liberty ne peut pas être transformé en prison. (…) Dans cette optique, nous, soussignés, accueillons non seulement la suggestion faite par Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance d’Iran, de rencontrer directement les responsables irakiens, mais affirmons également notre volonté de nous rendre en Irak en tant qu’observateurs indépendants pour la première phase de relogement des résidents d’Achraf à Liberty. En tant que citoyens américains, nous nous sentons obligés de faire un tel voyage pour deux raisons. Premièrement, les États-Unis ont signé un accord avec chaque individu de la Cité d’Achraf pour assurer leur sécurité, la protection et le bien-être. En tant que tel, les Etats-Unis a la responsabilité ultime à cet égard. Deuxièmement, en décembre 2008, le gouvernement irakien avait donné des assurances écrites au gouvernement des États-Unis qu’il traiterait les résidents d’Achraf avec humanité et conformément au droit international. Nous croyons que notre présence pour le transfert et la réinstallation du premier groupe des résidents du camp d’Achraf est une étape essentielle pour commencer à remplir l’engagement des Etats-Unis. " • En dépit de toutes ces positions injustifiables et les obstructions, le 16 février, une fois de plus afin de prouver la bonne volonté de la résistance et des résidents d’Achraf, et tandis que les résidents avaient accepté de renoncer à un grand nombre de leurs droits, Mme Maryam Radjavi, a annoncé que les 400 résidents d’Achraf ont accepté de se déplacer Camp Liberty le plus tôt possible. • Le 14 février, elle avait appelé le secrétaire d’État Clinton d’intervenir et de prendre la décision finale sur les arrangements concernant le transfert du premier groupe des résidents d’Achraf au Camp Liberty. • Le 16 février, après avoir été informé des recommandations et des assurances de Mme Clinton la nuit précédente, Mme Radjavi a appelé les résidents d’Achraf a accepter le transfert du premier groupe de 400 résidents vers le camp Liberty dans les prochains jours pour lever les doutes sur leur bonne volonté. Ceci en dépit du fait qu’il n’y avait pas d’accord sur le transfert de leurs véhicules personnels et les biens mobiliers vers Liberty. • Le transfert des groupes suivant n’auront lieu qu’après que le Représentant spécial du Secrétaire général et le gouvernement irakien auront déclarer leur approbation, concernant les es assurances minimales, en particulier le départ de la police irakienne de l’intérieur de Liberty, afin d’éviter les tensions, la violence et un autre massacre des résidents. Ceci est particulièrement important pour la sécurité et la paix des résidents surtout pour les femmes.

C’est pourquoi les plus importants demandes des résidents d’Achraf sont les suivantes • Que la police doit quitter la zone du camp Liberty et rester à l’extérieur de l’enceinte. Il s’agit d’une condition sans laquelle il sera impossible d’avoir plus de gens dans le camp Liberty puisque cela provoquerai de nouveaux affrontements, de tensions et de tueries. • Garantir la sécurité et le bien-être de tous les résidents, sans aucune arrestation, jusqu’à leur réinstallation dans des pays tiers. • Accès libre et direct aux services médicaux publics en Irak. • La liberté de circulation des résidents à l’extérieur du camp. • Les véhicules et les biens meubles devraient être transférés à Liberty sans aucune restriction et les arrangements doivent être pris pour que le surplus les biens meubles et immobiles puisse être vendu afin que l’argent soit dépensé pour les frais à Liberty ou aux coûts de la réinstallation. • Le gouvernement de l’Irak et les forces irakiennes doivent empêcher toute présence de représentants, d’agents et les éléments du régime iranien à tout moment à l’intérieur ou aux les environs du camp, y compris dans les endroits où des interviews de résidents auront lieu. Les observateurs de l’ONU devraient enquêter et de s’assurer de la mise en œuvre de ces mesures.

Comité suisse pour la défense d’ACHRAF.

chaîne humaine à Genève

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article218

Soutiens aux résidents d’Achraf et allocution de mad RADJAVI

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article175

Les Conventions de Genève et les défenseurs d’Achraf

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article131

ACHRAF au Palais des Nations Unies Genève

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article222