"des paroles au sol"
vendredi 13 août 2010
par NA Franck

LES MOTS DELIVRENT est un film de 52 minutes qui raconte la saga de livres livrés au Mali. Ces livres sont partis de Genève pour être échanger contre des paroles. La générosité est au rendez-vous. Dans ce pays de culture orale, les livres sont accueillis dans huit bibliothèques à travers le pays. un beau voyage, juste avant la guerre, et donc une visite de lieuxx actuellement impraticables dont DIMMBAL.ch en pays Dogon.

[bonus de « les mots délivrent » , film réalisé par Franck NA

présenté la première fois le 30 septembre 2010 à Saint Montan (France),

durée 80 minutes sur un échange entre le Sud et le Nord, entre l’" ECRIT et ORAL".

BONUS :

éditeur à Bamako, Donniya IMG/flv/editeurMaliDoniyaweb.flv
26 minutes

]

PDF - 1.6 Mo
le papillon d’Ardèche
30 septembre 2010
un éditeur de Bamako IMG/flv/togunaediteur.flv
TOGUNA éditions

Ce bonus est un plan séquence : cadre Laurent Régnier. Photos et réalisation de Franck NA

Le clip suivant est un extrait de « les mots délivrent », film présenté le 28 aout 2010 à Genève :

Awa Dembelé, conteuse malienne IMG/flv/lesmotsdelivreCourtAWA.flv
durée 1 minute 20

autre nouveau bonus : l’atelier de Fer et Bois de Dimmbal, avec en bande sonore les réactions du village dogon lors de la projection d’ un documentaire sur une technique ancestrale de fonte de minerai de fer (Eric Huyscom).

l atelier FER et BOIS IMG/flv/atelierFERetBoisDimmbal-2.flv
3 minutes 40

Document sur l’échange ECRITS contre ORAL Genève, et de MOPTI à BAMAKO, Mali, novembre décembre 2009 voir la suite de l’article:http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article110

Dans les bagages de l’expédition se trouvent des films de là d’où nous venons -histoire de nous présenter à nos hôtes et de ne pas être que des observateurs (l’échange passe par là aussi). Parmi ces images, il y a aussi des séquences qui montrent succintement les lieux à Genève où sont étudiées les merveilles découvertes lors de fouilles archéologiques menées par la M.A.E.S.A.O. dirigée par le professeur Eric Huysecom (Université de Genève, facultés des sciences, département d’anthropologie et écologie). Les personnes qui dans la région de Mopti suivent de près ou de loin les travaux des scientifiques reconnaissent ainsi par exemple l’archéologue Anne Mayor qui nous fait visiter les lieux où sont entreposés et étudiés les objets issus de découvertes au Mali. C’est une façon de donner un rôle à l’équipe de tournage, qui du rôle d’observateurs prend la charge de messager. Voici quelques extraits de ces missives destinées à nos rencontres en Afrique :

le point départ des livres IMG/flv/InitialfeteLivres.flv
Tri des livres IMG/flv/tridesLivres.flv

Voir : http://www.primature.gov.ml/index.php ?option=com_content&task=view&id=3433&Itemid=2

Feuille de route : • La fête d’un quartier de Genève dédiée aux langages, aout 2009. Une Bourse aux livres permet de récolter une grande quantité d’ouvrages édités. Triés en fonction des futurs destinataires, ce n’est pas moins d’une tonne et quarante cinq kilos de livres partirent de Genève vers Mopti via Paris le 15 novembre 2009, avec une équipe de tournage ! Ils ont été réceptionnés par le maire de Dimbal (voir www.dimmbal.ch) le 17. En effet, cette magnifique commune de culture Dogon est désormais notre partenaire et nous livrerons une partie des livres dans leur nouvelle bibliothèque actuellement vide dans le centre culturel. C’est un beau bâtiment en pierre, alliant tradition et contemporanéité. Notre contact est m. le maire de Dimbal, m. Hamidou Elin TESSOUGUE.

quelques jours plus tard, nous fumes reçus à Dioïla, pour une autre livraison, dans deux établissements scolaires. Notre contact à Dioïla est Mr Konimba Sidibé Ancien Ministre, député de Dioïla, Madame Aminata Sidibe Mariko, député de Dioïla.

A chaque étape, nous devons rencontrer des personnes dont nous collecterons la parole pour réaliser ce film qui à la fois témoignera de la situation actuelle du Mali, de notre action autour du livre, mais surtout de la culture orale actuelle.

Ensuite nous nous dirigerons sur Bamako. Nos contacts à Bamako sont multiples, mais surtout m. Moussa Mariko et sa mère, députés tous les deux. Les autorisations douanières et autorisations de tournage furent acquises grâce à eux. Il sera organisé pour notre film à l’Université du Mali une conférence donnée début décembre par le doyen de l’Université Flash, ancien ministre de la Culture, et écrivain, le professeur de littérature orale monsieur N’tji Idriss Mariko .

Nous avons rencontré aussi deux maisons d’éditions : Togouna et Donniya ; un grand lecteur ; des bibliothèques communautaires ; une compagnie de théâtre constituée au départ par de migrants refoulés de Ceuta et Mélila et qui ont créé dans le Centre culturel Amadou Hampâté Bâ, le spectacle Taama. Une conteuse qui faute de place, lit des contes à plusieurs centaines d’enfants chaque semaine dans le marché de Missira, le quartier rénové par madame Aminata Traore à Bamako ; Et des anonymes en équilibre sur la frange entre Ecrit et Oral.

Intentions : Le Théâtre et le Cinéma sont justement à la jonction entre “écrit” et “oral” et font en permanence des allers-retours de l’un à l’autre, se nourrissant de l’un, s’élaborant sur l’autre, citant l’un pour mieux plonger dans l’autre. Le projet que j’ai développé avec des auteurs Africains parle de cette rencontre : J’arrive, en bon occidental matérialiste, avec 1050 kilos de livres. Bien sûr, ils ont été choisis en fonction des désidératas de mes interlocuteurs, et ils sont attendus avec enthousiasme. Mais je me déplace avec ce fardeau, lourd et fragile à la fois, cette mémoire que nous avons confiée à des blocs de papier, ce savoir que nous fixons noir sur blanc sur des pages et des pages. Et je pars à la rencontre de personnes qui, même si elles parlent du passé, parlent au présent. Avec légèreté, avec libertés. Je scrute pour découvrir les endroits, les comportements, les situations qui sont sur la ligne de partage entre le monde de l’Oral et celui de l’Ecrit... J’observe un illettré pianotant sur son téléphone portable... Des personnes votant avec leurs empreintes digitales... J’entends des paroles qui ne s’écrivent pas... La joie qui ne s’écrit pas... Des sourires plantant au pilori la fatalité. L’Afrique me gagne. J’en fais un film. Franck NA jeudi 15 octobre 2009

petite visite du département d anthropologie IMG/flv/initialanthroGeneveLivres.flv

Scénario : LES MOTS DéLIVRENT /(Des livres au sol). disponible sur demande : bonjour@mise-a-jour.net

Remerciements : M. Oumar Moussa Mariko ; mad. Minata Sidibe Moussa, Association pour la Femme Rurale ; l’ONG MEDES SAPCOM ; Mad.Arlette Senn-Borloz ; m. et mad. Voetzel ; Dominique Schnoebli ; Mad. Anne Mayor, Dimmbal.ch ; Mad. Aminata Sidibe Mariko ; M. Hamidou Elin Tessougue, maire de Dimbal ; Moïse ; Madou Kessougué ; Addou Togo ; m. Sidiki N’Fa Konate et l’ORTM ; la Bibliothèque de la Croix-Rouge de Genève ; Le POINT AFRIQUE ; Amadou Diakité ; Germaine et Jean Kourouma, Afrique Paix et Développement ; François de Limoges ; Laurent Régnier ; mad.Véronique Magniny ; M. Olivier Agazzi (W.F.) ; Diana Dillmann ; les habitants du quartier Ouches-Concorde ; le Pr Drissa Diakité, doyen de la faculté des langues de Bamako ; N’tji Idriss Mariko, écrivain ; M. Salif Cissoko, directeur des douanes ; Badie Marico et les danseurs de Jon Dougou ; m. le Préfet de Dioïla ; Seyba Lamine Sissoko, Griot et radio Kayra ; Ina Boundy griotte et Kassim Camara, le Funè ; Amahiro Tessougue ; Aboudou Tessougué ; Jérémie Togo ; Mr Konimba Sidibé Ancien Ministre, député de Dioïla ; le CETIM ; le GRAD ; Docteur Omar Mariko ; m. Salif Berthé, doyen de l’Université Flash de Bamako ; tous les élus de la Commune 1 de Bamako ; Mama Traore de Sevare ; Antonia Reis, Souleymane Koly et la compagnie de théâtre du centre Amadou Hampâté Bâ ; M. Paul Poudougo des éditions Togouna ; Alhassane Sissoko dit "J. Jumeau" ; le centre d’accueil pour enfants orphelins du sida "Providence" ; M. Moussa Ouane directeur du Centre national de la Cinématographie ; Awa Dembété, « Lire sur la natte » ; la bibliothèque du département d’anthropologie de l’Université de Genève ; la MAESAO (Mission archéologique et ethnoarchéologique suisse en Afrique de l’Ouest) de l’Université de Genève ; la Maison de Quartier de Champel ; l’association PALC, Genève.

Concernant la fête initiale à cet échange culturel : Photos disponibles sur le site de l’association des habitants de la Concorde.

Article illustré de clips-vidéos sur l’échange ORAL/ECRIT, ouvert surwww.alachaine.ch

et article illustré sur le film et son tournage"les mots délivrent" http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article110