les mots délivrent
samedi 14 août 2010
par NA Franck

Parrallèlement au film "les mots délivrent" >de Franck NA, voici des videos bonus afin de montrer le contexte et remercier les rencontres :

Première projection du film (28 août 2010) "les mots délivrent" tourné au Mali et à Genève,( DVD disponible)

un nouveau bonus présente un extrait du film consacré à la compagnie de théâtre créée par mad. Aminata Traore dans le Centre Amadou Hampâté Ba du quartier Missira de Bamako.

arts et migrants IMG/flv/lesmotsdelivrenTaamaFIN.flv
Taama 16 minutes

Cette compagnie TAAMA est composée notamment par des migrants refoulés à Melilla ou Ceuta. Des artistes professionnels ont été engagés pour cadrer cette création de danses, musiques et paroles.

M. Souleymane Kolly en est le metteur en scène.

PDF - 1.5 Mo
info projection film 28 aout

tourné au Mali. Toujours au Centre culturel de Missora, Awa Dembellé propose chaque semaine des contes aux enfants .

Ainsi, le film "les mots délivrent" est constitué des paroles qui furent donnés par des experts de l’oralité lors de l’opération"Ecrits contre Oral". Les livres donnés par les habitants du quartier Ouches -Concorde lors de la fête 2009 furent troqués à huit bibliothèques communautaires africaines contre des Paroles.

Ces paroles, perles de la culture orale du Mali, furent confiées à la caméra : Ce film, un road-movie, est le résultat de cet échange : ECRITS contre ORAL.

voir aussi http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article109

lire sur la natte IMG/flv/lesmotsdelivrentAWA.flv
durée : 16 minutes

vidéos : des bonus du film "les mots délivrent" tourné au Mali en octobre dernier.

L’école de Dimmbal, bonus et extrait du film "les mots délivrent"

école de Dimmbal IMG/flv/Maliecolebonusextrait.flv
extrait du film et bonus

Banque culturelle, extrait de film du film "les mots délivrent"

banque culturelle IMG/flv/MalicentrecuturdimbalextratFilm.flv
extrait du film
"les mots délivrent"

Centre culturel, Bonus de 20 minutes

centre culturel de Dimmbal IMG/flv/MalicentrCultDimbBonus.flv
bonus de 20 minutes

Le film "les mots délivrent" sera présenté en avant-première le 28 août 2010 dans le quartier des Ouches en plein air à côté de la Roulotte Bleue, maison de la Concorde, Genève.

JPG - 446.9 ko

[La fête d’Ouches-Concorde, un petit quartier de Genève, voir http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article103 fête dédiée aux langages, aout 2009- suivie d’un échange culturelle avce le Mali ECRIT contre ORAL, BONUS et EXTRAITS du film qui retrâce la collecte des Paroles de Mopti à Bamako : "les mots délivrent"

Toutes les vidéos et le film ont été tournés par Laurent REGNIER et Franck NA-

Réalisations Franck NA

grenier communautaire IMG/flv/MaligreniercommunBonus.flv
environ 4 minutes
Jardin des femmes Dimmbal IMG/flv/MalijardindesfemmeDimbalbonus.flv
bonus Franck NA 7 minutes

>http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article103]. Lors de SECONDE LECTURE ; fête du livre et Parc à Paroles, une Bourse aux livres permit de récolter plusieurs tonnes d’ouvrages. De plus, des éditeurs (le GRAD et le CETIM) confièrent à l’association PALC, promotrice de cet événement et de l’échange culturelle avec le Mali qui s’ensuivit, des ouvrages sur le développement et des documents universitaires. Triés en fonction des futurs destinataires, mille quarante cinq kilos de livres partirent de Genève à Mopti le 18 novembre 2009, avec une équipe de tournage. (Voir Le Parc à Paroles sur ).

JPG - 436.3 ko
JPG - 532.6 ko
hopital de Dimmbal IMG/flv/MaliHopitalDimbalBis.flv
visite de 20 minutes
Jardin médicinal de Dimmbal IMG/flv/malijardinaromatiqueutilDimbal.flv
visite de 20 minutes

 Durant trois semaines, les livres sont donnés à des bibliothèques publiques du Mali. A chaque étape, des rencontres sont organisées avec des orateurs, des auteurs contemporains, des griots, un cinéaste et différentes personnes qui tissent des relations singulières entre l’Oral et l’Ecrit. Pour n’en citer que quelques uns, nous tenons à remercier des intervenants tels que le professeur de littérature orale monsieur N’Tji Idriss Mariko ( doyen, ancien ministre), ou la conteuse Awa Dembele madame Awa Dembellé, ou le metteur en scène de théâtre monsieur Souleymane Kolly, ou le musicien Sissoko Alhassane dit “Jumeau” ou les éditions Donniya etc. ... Ainsi est collectée la parole.

JPG - 506 ko
JPG - 392.1 ko
JPG - 287.5 ko
Docteur Oumar MARIKO

Docteur Oumar MARIKO

Un film fut donc réalisé sur le principe : de l’écrit contre de l’Oral : “les mots délivrent” . son montage est fini depuis juin 2010. Il fait apparaître le chemin parcouru des livres, des rues de ce petit quartier en Suisse jusqu’aux lieux de réception au Mali, en passant par le tri des livres et surtout les paroles confiées par les Maliens, orateurs, intellectuels, danseurs, musiciens, anonymes ou fameux. Un montage différent de ces même images a donné lieu à un reportage sous la responsabilité de l’ORTM (la télévision nationale malienne). Les prises de vues sont de Laurent Régnier et de Franck NA. Cette version indépendante est diffusée à partir de juin 2010. (pour plus d’information, contacter : bonjour@mise-a-jour.net )

JPG - 247.1 ko
Théâtre et banque culturelle

Des extraits du film "les MOTS délivrent" quelques prémisses : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article109

JPG - 71.6 ko

l’échange festif écrit contre Oral à Dioïla

“ ...Quand est née l’idée de faire un échange culturel entre la culture de l’écrit et celle de l’oral, nous ne soupçonnions pas l’immense richesse qu’un tel projet allait dévoiler. Nous sommes littéralement débordés par l’abondance de possibilités d’investigations, de rencontres passionnantes, de zones de recherches inexploitées que cette initiative allait engendrer. Et en tout premier lieu, nous n’imaginions pas le nombre et la qualité d’amitiés que nous allions connaître. Grâce à la disponibilité et l’efficacité de nos interlocuteurs, nous avons pu ainsi rencontrer des Orateurs de référence et confier des livres au Centre Culturel de Dimbal et à l’école de Dimbal ( cercle de Bankass), à l’orphelinat Providence, à l’association “Lire sur la Natte” et à la compagnie de théâtre Tamaa dans le Centre culturel Amadou Hampâthé Bâ de Missora, à l’école Banguetaba de Sevare, à l’école Mariko de Dioïla, au Département de Sociologie et d’anthropologie visuelle de l’Université Flash de Bamako, et au bureau politique de la Commune 1 de Bamako. Au total ce sont plus de huit bibliothèques communautaires qui ont bénéficié de dons de livres pour un total de 1045 kilos, soient environ 45 cartons. Ce fut à chaque fois l’occasion d’une réception et de rencontres avec des auteurs et des experts de l’oralité. Nous ne pouvons que féliciter de leur confiance et remercier tous nos partenaires (Le Point Afrique, Dimmbal.ch, le quartier Ouches-Concorde de la Ville de Genève, l’administration préfectorale de Dioïla et m.Hamidou Elin Tessougue, maire de Dimbal,, madame Mariko Sidibe et m. Moussa Mariko, députés pour ne citer qu’eux. La liste de tous nos collaborateurs serait ici trop longue ; qu’ils veuillent bien nous pardonner,[ voir sur le site www.alachaine.ch->http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article109] ) : grâce à eux, cette opération a été couronnée de succès et ne peut qu’ouvrir vers de nouveaux projets d’échanges. Il est déjà question d’ailleurs de proposer l’année prochaine deux formations audiovisuelles pour adultes (tournage et montage numériques). Nous nous languissons déjà du Mali.”extrait d’ interview de Franck NA pour Bamako Hebdo

JPG - 539.3 ko
JPG - 316.9 ko

NB. La télévision de Vernier CANAL29 a réalisé un court-métrage de 30 minutes sur la fête “Seconde Lecture*” du 22 aout 2009 quartier Ouches-Concorde. L’association PALC a proposé de le projeter dans la salle commune du 14 chemin des Ouches le dimanche 20 décembre à 18h. Et faire un bilan de l’échange avec les bibliothèques communautaires du Mali.

JPG - 441.4 ko

Il s’agit, à travers cette opération, d’inaugurer de nouveaux rapports avec le sud, et ce projet à différents niveaux expérimente l’échange horizontale. Il n’y a pas de dépendance, seulement des collaborations, qui parfois se scinde pour produire deux objets distincts (il y aura deux versions du film : une montée par des Maliens, une montée par l’équipe européenne en déplacement. De même, “les étrangers” ne vont pas seulement prendre des images et des paroles, nous en apportons : dans nos bagages, il y des séquences filmées de là d’où nous venons, de là d’où viennent les livres apportés, et aussi de là où travaillent les universitaires suisses qui étudient l’anthropologie et l’archéologie africaine (on peut voir par exemple où sont entreposées les poteries de la région Dogon, à Genève). Ces images ont été montrées à chaque étape et ont souvent provoquées un vif intérêt pour ne pas dire des liesses de joies parfois. En ce sens, l’équipe de tournage est utilisée comme Messager et non comme Braconnier. Autant que faire se peut, l’identification est réciproque. Les échanges d’informations se croisent. Il n’y a pas de passivité dans l’acte d’observer. Et nous gardons en mémoire les écrits de Michel Leiris ou de Claude Levi-Strauss pour ne pas connaître l’ambiguité de celui qui par l’étude s’extrait de la vie et de l’action. Le tournage du film a donc souvent pris des allures de mise-en-scène de notre rôle. Ou plutôt de subjectivité visible au sein d’une réalité. C’est ce que nous appelions entre nous un cinéma évènementiel. Afin de considérer la production de livres au Mali (très faible), nous avions aussi un petit budget qui permettait d’acheter des livres en langues non-francophones.(Bambara, Dogon, Peulh, etc...). Ces livres ont été confiés au retour à la Bibliothèque Interculturelle de la Croix-Rouge de Genève. “ces livres sont pour les Africains de Genève.” Les livres au Mali sont très chers. Très rares sont ceux qui peuvent s’en offrir, et même les livres scolaires sont souvent détournés vers des marchés clandestins. Cette initiative d’acquisition de livres en langues vernaculaires a été très appréciée par les libraires, les enseignants et les éditeurs qui nous ouverts grandes leurs portes. Plus pour le symbole et la reconnaissance d’une culture que pour les ressources engendrées qui restèrent modérées. Enfin, les prises de vue ont été confiées à la télévision nationale malienne, l’ORTM qui mandat un journaliste et un monteur pour réaliser une version “indigène” du film. Ce film a été diffusé largement une première fois dans la semaine du 9 décembre 2009. Les prises de vue sont de Laurent Régnier et de Franck NA. La réalisation de Badra. Ces modestes exemples sont donnés pour illustrer une nouvelle ère de relations Nord-Sud.

JPG - 1.4 Mo

étiquette

JPG - 407.8 ko

Le Griot de Dimbal

Pour ne pas rester dans la critique négative de la coopération parce qu’à travers notre action nous voulons aussi défier les détracteurs du Don du Livres, qui sous prétexte de colonisation culturelle, condamnent l’échange et la diffusion de connaissances, préférant l’inaction, justifiant ainsi leur indifférence et leur impuissance. Le libre-arbitre ne peut s’acquérir que par la possibilité d’accès à une diversité d’informations et nous avons eu la preuve tous les jours au Mali que le livre fait cruellement défaut. Les témoignages de remerciements mais aussi simplement la vue d’enfants se plongeant instantanément dans la lecture en attestent. Le livre est ici précieux. Nous avons souvent eu l’impression de transporter un trésor, de Mopti à Bamako, en passant par DioÏla. Les rencontres furent belles et généreuses. Nous tenterons par le film de faire part des richesses culturelles, de la qualité de l’accueil et des valeurs de respect et de tolérance envers l’autre à l’heure où, chez nous, la vue d’une tourelle fait l’objet d’une interdiction de construire. Le film "Les Mots délivrent" sera disponible au printemps.Contact : bonjour@mise-a-jour.net

JPG - 605.1 ko
JPG - 316.4 ko