Accueil du siteQui, quand, quoi !filmographie
Liste Alachaine.ch
Inscrivez-vous pour recevoir les nouveautés de Alachaine.ch.
   
toujours là NOS FUTURS
vendredi 30 octobre

Les videos sur www.alachaine.ch nécessite FLASH pour lire les vidéos.

www.alachaine.ch est un site d’accueil de videos inédites. www.alachaine.ch

Ce site internet a été précurseur puisqu’il a commencé à diffuser des vdeos collaboratives depuis 10 ans, et à l’époque les videos n’étaient pas aussi utilisées par les militants, les associations, les activistes, le quidam civil. Aujourd’hui, trois millions de visiteurs distincts ont regardé les documents audiovisuels sur www.alachaine.ch Sans pub, juste par persévérance, wwww.alachaine.ch s’est fait connaitre sur la région de Genève et bien au-delà.

Pour voir vidéos, il vous faut un lecteur FLASH. Ce lecteur n’est pas à priori dans les tablettes et les smatphones, iphones etc... IIl vous faut le rajouter en le téléchargeant gratuitement.

JPG - 1.9 Mo
OMC

film participatif ALTERNATIBA LEMAN est à cette adresse :

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article366 NOS FUTURS

projeté le 21 novembre 2015

Maison des associations, salle Carlson .Genève

lors d’une soirée bilan d‘ALTERNATIBA Leman...

 
Sur le Web : NOS FUTURS
fictions participatives
mercredi 29 octobre

Il est trop tôt encore pour tirer une analyse transversale aux cinq fictions participatives que j’ai réalisées, mais on peut affirmer que le genre "fiction participative" revendique une simplicité du langage cinématographique. Sans être tout à fait le niveau zéro de l’écriture, ce sont des films réalisés sans le passage par l’écrit. Le scénario est conçu à l’oral et les plans sont dessinés sur des story-boards sommaires. Nous sommes évidement loin d’un cinéma de divertissement à grand renfort d’effets. L’image est très proche de la prise de vue d’une réalité qui nous est offerte à la hauteur du regard humain. La psychologie est rudimentaire. Et la primauté est donnée à un imaginaire collectif imprégné d’une culture locale spécifique. En cela, ce sont des documents de proximité sur le cadre de vie particulier et sur les préoccupations, les priorités, les comportements propres à la communauté qui fabrique cette histoire et ce film. Il ne s’agit donc pas de films qui auraient de sens volontairement caché, et que le public serait censé deviner. (ce qu’il ne fait jamais vraiment à la sortie d’une séance car l’analyse du contenu serait trop approximative,alambiquée et fastidieuse après une heure et demie de passivité devant l’écran.) Les intentions du cinéma commercial (politique, psychologique, sociologiques, éthiques, etc...) sont devenus des messages abscons, pleins de sous-entendus aussi intelligents que mystérieux mais dont personne n’est vraiment capable de décrypter l’intention et qui restent fumeux car personne ne prend le temps même de creuser la pseudo-signification. Il m’est arriver de demander ce qu’évoquaient Matrix ou la guerre des étoiles . les réponses furent aussi vagues qu’édifiantes de considérations superficielles voire opiacées. C’est pour cela qu’il m’est apparu important de reprendre à la base ce qui fait le cinéma : un art populaire et complet.

A la soi-disant naïveté qui se dégage de chacune de nos fictions participatives, je revendique un sens le plus évident possible. Et là peuvent commencer les commentaires.

La narration et la forme sont construites ensemble ; l’image, les dialogues et la musique marchent du même pas. Le groupe des participants s’approprient le film lors du tournage. Et le tournage est en soi un événement pendant lequel on prend des risques et on est dans la joie , on a un sentiment de liberté et on fait du cinéma."

Franck NA

 
o
dimanche 22 septembre
JPG - 212.9 ko
 
Videos SARHAOUI
vendredi 7 juin

le massacre du 1 septembre 2013

Les Femmes Sahraouies.

En route avec les Sahraouis

Jean ZIEGLER et Christiane PERREGAUX sur la question Sahraouie en 2013

Disparitions, In english.

Procès du démantèlement sanglant du camp de Gdim Izik

Fiction de l’enfant-sauvage Un désert trop petit pour un enfant

"le désert trop petit pour un enfant" sortie juillet 2013 film de Franck NA

Rendez-vous au Fond VERT Tunis Forum Mondial Social

Trois parlementaires et activistes sahraouis à Genève : clic en dessous pour trouver la liste des liens

 
Sur le Web : Le désert trop petit
Sur le Web
www.surparole.org
le site de la Banque des Serments Dans la Banque des Serments sont répertoriés dans centaines de vidéos de personnes qui ont donné leur parole.
PISTE, le film tourné au Forum Mondial Social de Montréal
lundi 3 octobre 2016
par NA Franck
JPG - 65.2 ko
piste

Le 14 octobre 2016 à 19h au Théâtre de Saint Gervais SGG à Genève projection de PISTE, le film tourné au Forum Mondial Social de Montréal . Réalisé par Franck NA

JPG - 197.9 ko
Banque des Serments
photo François de Limoges
JPG - 223.3 ko
Banque des Serments
JPG - 315.6 ko
Banque des Serments 10.2016
photo François de Limoges
JPG - 260.9 ko
Banque des Serments
photo François de Limoges
PISTE bandeannonce IMG/flv/PISTEbandeannonce.flv
Extrait d’une minute en guise de bande-annonce
JPG - 509.1 ko
Forum Mondial Social 2016
JPG - 77.7 ko
Montréal
JPG - 267.9 ko
Banque des Serments expo Montréal
expo Montréal 2016

PISTE

JPG - 278.2 ko
PISTE Bon pour Serment
photo Bluette Staeger, Montréal août 2016

 Nouvelle étape de la Banque des Serments : SGG

Théâtre de Saint Gervais, Genève à partir du 14 octobre 2016 avec projection du film PISTE (26 minutes) à 19h. gratuit

JPG - 394.1 ko
Banque des Serments
photo François de Limoges
JPG - 400.4 ko
Banque des Serments 10.2016
photo François de Limoges
JPG - 256.1 ko
Banque des Serments
photo François de Limoges

et Exposition dans la rue à partir du 12 octobre des portraits réalisés à Montréal. Portraits des civils ayant donné leur parole à la Banque des Serments avec le soutien de la fondation Inside Out Project Exposition sur espace urbain, sur façades du café la Réplique Genève. Octobre 2016

JPG - 399.7 ko
Banquee des Serments Genève
Bluette textes et photos
JPG - 222.2 ko
Banque des Serments Genève
Photo Bluette Staeger
JPG - 424.5 ko
Banque des Serments Genève
photo Bluette Staeger
JPG - 474.5 ko
BanqdesSerments GenèveBluette400W
photo Bluette Staeger
JPG - 441 ko
Banque des Serments Genève
photo Bluette Staeger

"Mi-fiction, mi-documentaire, PISTE relate le parcours d’un personnage fictif qui s’est invité au Forum Mondial Social de Montréal." Voici le lien vers la page de l’expo sur notre site : http://saintgervais.ch/programme/detail/la-banque-des-serments-1

P I S T E

JPG - 118.3 ko
Gabriel

un film de Franck NA

avec Bluette STAEGER

Sylvie LEMIRE

Lukas MARKOV

Jean-Marie TISON

le réseau des frigos communautaires Le comité de soutien aux réfugiés de Fukushima Riccardo PETRELLA

Chico WITACKER

Raphael CANET

et tous

les participants et

les participantes

et tous les volontaires

du Forum Mondial Social

Montréal 2016

musique :

Young Feather Singers

Domlebo

MONK E.

Bread and Puppets

voix : Gabriel MAVITSIS DE COULON

texte : Abdul DANCE Bluette Staeger

P A L C

Productions à la Chaine

Genève, octobre 2016

PISTE 26 minutes en avant-première au théâtre de Saint Gervais[ à Genève : CLIC infos : http://www.saintgervais.ch/programme/detail/la-banque-des-serments-  [1]

avec Bluette Staeger, Lukas Markov, Jean-Marie Tison, domlebo, AMDI ( association pour adulte en déficience mentale) Sylvie Lemire,

...


La Banque des Serments au Forum Mondial Social de Montréal :La Banque des Serments : promesses, engagements, résolutions individuelles...en videos : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article392

vidéos périphériques à PISTE (bonus)

Reportage sur le DUMPSTER DIVING ou l’art d’accomoder les restes (partenaires du FSM):http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article389

Reportage sur la délégation de soutien aux réfugiés de FUKUSIMA soutenir les réfugiés de la catastrophe nucléaire : deux videos : une en français et une en japonais : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article391

et BONUS ART reportage sur journée poésie Hochelaga-Maisonneuve : CLIC ICi http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article390

BONUS : Une expulsion abusive a eu lieu à Montréal , peu de temps avant le Forum Mondial Social. Des services de sécurité privés ont été utilisés pour déloger une vingtaine de personnes manu militari. En toute illégalité. Voir un témoignage à ce lien et trouvez d’autres infos

http://darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article390 Les expulsés vont tenter un procès.


le réseau des frigos communautaires video tournée à Montréal août 2016 cueillette dans les poubelles http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article389


> Clic

Le journal visuel de PISTE réactualisé http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article380

---------------- Un Forum Mondial Social au Québec les réfugiés de Fukusima, une délégation japonaise qui demande de soutenir les réfugiés de la catastrophe nucléaire : deux videos : une en français et une en japonais : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article391


Musique Mouvance Première nation Atikamekw video tournée à Montréal août 2016 Clip de musique des Young Feather Singers autochtones de la région Mauricie du Québec

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article393


Pour la BANQUE des SERMENTS :

Pour voir en vrai : www.surparole.org

pour en voir plus :

Banque des Serments Forum Mondial Social 2016 Banque des Serments F S M Montréal http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article392

BANQUE des SERMENTS, Genève 2016 Villa DUTOIT : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article374

BANQUE des SERMENTS, un Bureau des Serments avant Rio de Janeiro : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article164

Une expo globale participative : Banque de la Parole donnée http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article227

BANQUE des SERMENTS, suite avant RIO http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article231 et http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article232

BANQUE des SERMENTS, catégorie PRO : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article230

La BANQUE des SERMENTS , hors-catégorie : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article233

La BANQUE des SERMENTS 2013 : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article269

JPG - 145.4 ko

Pour voir en vrai : www.surparole.org

pour en voir plus :

Une petite expo flottante de la Banque des serments http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article325

 

[1] Pouvez-vous me citer un endroit où nous, civils, nous pouvons nous rencontrer sur un pied d’égalité, étant de toutes origines et venant de toute la planète ? COMME CELA, FRATERNELLEMENT. Pour rien. Juste se voir. Pour fumer le calumet de la paix.

Le Forum Social Mondial c’est cela : C’est l’espoir remis à plat, remis à jour, cet espace imparfait, cette infirmerie de campagne, cette auberge sociale.

Le Forum Social Mondial permet cela. Mais personne n’aura organisé votre place à votre place. Rien vous attend. Tout ne vous attend. Il suffit de l’aménager vous même, votre place. En tenant compte d’un protocole, culturel (le pays d’accueil) et conceptuel : autogestion, horizontalité, respect du monde.

Et tenter ici de trouver cahin caha, ensemble des solutions pour notre monde bancal ? C’est encore possible dans ce chaos ?

Le FSM 2016 à Montréal n’a pas failli à cette mission, un bon nombre de militants étaient présents pour des causes multiples et indispensables. Bien sûr, on déplore r le refus des autorités d’accorder un visa à des frères et des sœurs, quelques 200 personnes engagées pour un monde meilleur, telles qu’Aminata Traoré, ancienne ministre malienne de la culture et du tourisme. Ou des activistes du Myanmar ou du Sri Lanka. Comment les services d’immigration peuvent ils être aussi bornés et incapables de considération pour ces personnes qui déjà chez elle oeuvrent avec difficulté et obstination ?

Dans ce gigantesque rassemblement cosmopolite, populeux et bruyant, au centre d’une grande ville, et par le plus grand des hasards, je me suis retrouvé dans un endroit paisible et pourtant en effervescence. Un havre de paix, presque intime et pourtant sur l’espace public, animé sereinement par un petit groupe à hauteur d’homme. En direct, dans une proximité accueillante, une simple proposition d’ouvrir ses sens à l’ordinaire. C’est de cette invitation à déambuler ensemble vers des étapes improbables dont j’ai envie de vous parler, une micro visite, à peine guidée, transversale aux conférences, aux thèmes des ateliers et des stands .

>Une chasse aux trésors humains : « Piste ».

Pleins de respect et de courtoisie, nous voyageons dans un quotidien où les odeurs, les rugosités du sol, la lumière sur des affiches ont un sens, où les sens ont un sens : décrypter le moments : Un petit groupe se forme. Et c’est parti pour un petit tour dans les environs. On sort de notre tonnelle. Le soleil est en place, en majesté. On traverse la rue Sainte Catherine, piétonne, le village de tentes de la jeunesse, l’esplanade Clark.

Les regards de participants se posent sur une exposition de portraits collés à même les murs, en noir et blanc tramé, extraits de la Banque des Serments ; La Banque de la Parole donnée. Collecte immatérielle. Et puis on avance, petit groupe d’anonymes dans ce quartier de Montréal, comme pour visiter cet ordinaire inconnu. Parfois on s’arrête à un stand. On y est comme attendu, car on nous y dévoile un petit secret : ici le stand de Médecins sans Frontière. Qui nous ouvre le kit de secours, celui donné aux migrants quand on les rencontre en pleine mer. Là, on se déplace les yeux fermés, avec comme protecteur un voisin, à peine présenté. On est en Amérique du Nord et on passe sur un autre continent par des accents exotiques et bienveillants ; Besoin de respirer le large encore et l’inédit ? On repart cette fois dans une impasse aux odeurs sordides, coure arrière d’une boite de streap-tease datant de la découverte du Nouveau Monde Là, un poète, qui connut la rue pendant 20 ans, nous livre deux ou trois de ses écrits, encore emprunts de bitume froid et d’embruns de drogue à bas prix. On repart, toujours dans l’urbain, on retrouve l’effervescence du Forum Social Mondial. On marche. On a bien marché et il fait chaud. La on arrive a la fin du parcours. Retour sous les arbres, pour un grand moment de bien-être.

Assis sur un banc de pierre en forme d’étoile, à l’ombre des arbres qui tintinnabulent discrètement aux sons de petites clochettes que le vent caresse amoureusement, les visiteurs devenus complices, se déchaussent sans rechigner pour tremper leurs pieds dans des baquets d’eau fraîche. Quel plaisir. Quelle délivrance d’enlever ses chaussures et de tremper ses pieds dans de l’eau à peine aromatisée par de l’huile essentielle de lavande. Ainsi, en toute sérénité, on déguste un morceau de chocolat ou une boisson faite dans une maison québécoise d’un mélange de fruits et de légumes. On se lance dans un chant ou des confidences. Chacun peut à son aise méditer sur la promesse qu’il va déposer, au moment où cela lui conviendrait, à la Banque (mondiale) des Serments.

Lorsqu’une personne se sent prête, concentrée sur une idée qui lui est chère, ses pieds sont essuyés avec dévotion. Elle s’est occupée d’elle même, de ses pieds, de ses racines. Ou elle s’est laisser toucher, dans une serviette propre et neuve, se faire sécher, au dessus de la source, se confier à des mains en toute confiance, qui vous adulent dans l’espace public. Et se présenter en face de la caméra. Et donner sa parole. Sur un contrat qui est le sien.

Ce moment sensoriel, artistique et poétique était amical et magique.

Il y a ce qu’on croise trop vite , ces occasions manquées, ces opportunités que l’on garde à distance, bêtement comme distancé par sa fugacité, sur le coup de la surprise, par manque d’allant et de présence d’esprit. Stupéfait par tant de beauté. Dans le bus, le temps qu’on réalise, derrière une porte, qui déjà se ferme. Au bout du fil. Trop tôt rompu. Quand le temps de la contemplation vous coupe l’herbe sous les pieds.

il y a aussi les belle opportunités, ceux qui se livrent. Nus et entiers. Quand on y croyait plus. En accord avec l’immédiat. A corps perdu. Du tac au tac. A coups tendus. Et on répond coup sur coup. Et tout s’enchaîne simplement. Les gestes s’accordent. Les corps s’enchevêtrent et s’achèvent.

Viennent nous rejoindre des cas isolés, de ces électrons libres qui font mentir les sondages et les normes. De ces petits, de ces cas cliniques, de ces exceptions qui font l’humanité. Viennent nous rejoindre des itinérants ( qu’on appellent ailleurs clochards ou s.d.f.). Ici ils renoncent à mendier. Ils se reposent. Ou se lavent. Ou parlent ou écoutent l’insignifiance. Viennent nous rejoindre pour quelques minutes ceux qui ont mal aux pieds. Viennent à l’ombre des petits arbres. Viennent des ados. Vien nous rejoindre un groupe d’adultes déficients mentaux. tous prennent leurs places, et tous placent leurs talents.

Viennent nous rejoindre, lentement, comme dans une stratégie d’apprivoisement, une petite bande des nations premières. C’est un groupe de musique autochtone. Ils sont venus du Nord, loin au nord, presque Saint Pierre et Miquelon. Et même si ils ont leurs langues, les hasards de l’histoire font qu’ils sont aussi francophones. Avec discrétion. N’entendez vous pas les voix des peuples massacrées ? Leurs gammes mineures et graves. Leurs jeux sérieux : on ne joue pas de la musique. On s’y accroche. La musique nous attache, nous ressource, nous ensorcelle et alor émergent les voix des glaces éternelles,. Leur chant déflore le bitume. Ils montent de vos pieds. Ils s’insinuent dans la peau de vos jambes et le tambours gravement martèle votre moelle épinière, se nourrit de son suc. Tremble votre épiderme sous la possession intérieure.

Ils sont les déclassés. Ils sont là, les répudiés de la mondiale organisation. Avec leurs chansons de zombies et de terres vierges qui vrombissent dans nos boites crâniennes. Je voudrais qu’ils soient là avec nous. Et le rire si léger de leur sœur. Mais ils partent si loin quand ils chantent. Si loin dans le temps. Nous qui sommes tellement dans le périssable, nous sommes perdus en chemin. Et le tambour est appelé. On lui crie dessus. Scandé. Giflé comme un cœur trop dur, qu’il faut réanimer. Le tambour est appelé si violemment que le sang des mains blessées d’avoir trop frapper perle sur la neige disparue.

Montréal, jeune orignal, animal à l’orée mystérieuse des plaines immaculées, te reviennent des paysages que tu pensais à jamais effacés.

Forum Social Mondial, tu foules une terre chargée de pistes d’animaux fantômes et d’animaux masqués.

Montréal, jeune orignal, animal à l’orée mystérieuse des plaines immaculées, te reviennent des paysages que tu pensais à jamais effacés.

Forum Social Mondial, tu foules une terre chargée de pistes d’animaux fantômes et d’animaux masqués. ……………

Chico, cher Francisco Whitacker, toujours sur la brèche.

Et voilà l’expo des portraits. Les Donneurs de parole. Ils ont tous promis ou jurés quelque chose. Et leur parole est maintenant déposée dans la Banque des Serment. On a refait pareil ici. Ceux qui ont donné leur engagement à la caméra à Montréal seront exposés à la prochaine étape de la Banque des Serments. : à Genève dans quelques mois.

La grande Marche d’ouverture. On est là. Pas tous. Mais on pense à eux.

Celle là je l’a connaît. On a fait un bout de parcours ensemble. On s’est quitté sur une plaisanterie. Complètement oublié de lui demandé son contact.

Pour installer le village alternatif, le camp de jeunesse, on a tracé le sol avec des bénévoles pour placer les tentes ensuite. Là, c’est moi, System D pour tracer au cordeau !

Qu’est ce qu’on pu avoir chaud les premiers jours.

On trotte dans ces forums, on trotte tout le temps. C’est grand Montréal. Les distances sont grandes. J’ai cru qu’on pouvait y aller à pied. Mais ici c’est l’Amérique. Ya de l’espace.. ...

On fait des rencontres et il y a des questions soulevées plus pertinentes comme prioritaires. Ces réfugiés qui ont quitté leurs maisons au Japon, et qui se font encore bafoués pour des raisons absurdes : les jeux olympiques, encore eux… …

J’étais raide ce jour là. Une vraie planche à repasser. Je dormais chez l’habitant. Et comme on était nombreux, j’avais laissé mon matelas à quelqu’un. Le sommier fut dur de dur. Mais bon, j’ai dormi du sommeil du juste.

Le toit végétalisé lors de la visite guidée de la Maison du Développement durable. Une étape de notre parcours Piste, En dessous , il y a l’expo de la Banque des Serments, disséminée dans le quartier.

AH ! C’est eux, les Amérindiens, pardon faut dire les peuples des nations premières. En tout cas, cette petite équipe, si réservée, qui avance tout doucement vers vous, et qui font de la musique comme on forge le métal : les Young Feather Singers.

Ha ça , ce n’est pas dans le parcours. Le boucher à côté de là ou on habite est devenu un copain. Il est fier de nous montrer le frigo de viande faisandée. )( je crois qu’on dit rassir chez nous)

PISTE , c’est de nouveau PISTE, chaque jour, on a recommencé le parcours dans le Forum , quartier vers l’esplanade Clark, le théâtre du Nouveau Monde, sur la rue Saint Catherine. Franck et bluette avaient demandé à un poète de la rue de nous lire ses textes. Ils avaient choisi cette impasse, préservée du bruit mais pas de l’histoire de la ville, patinée même par les nuits de fêtes. C’est la sortie de secours d’une vieille boite de streap-tease.

Une autre rencontre. Pendant quelques heures. Je ne me souviens plus comment elle s’appelle. Elle venait au Forum sans trop savoir. Avec PISTE, elle a choisi de rejoindre le groupe d’Amnesty ou de Médecins Sans Frontière. Elle allait se décider.

Luka Luka Markov, 20 ans de rue, et l’écriture comme compagne.

Le moment le plus agréable, les bains de pieds. Biblique. Dans l’espace public. Angélique. On a chanté un peu. Tellement faux. Mais surtout on pensait à ce qu’on allait dire à la caméra, chacun , comme serment. Sur quoi, suis je prêt à mettre ma main au feu ? Quelle certitude me reste il pour le chemin qui m’attend ? Sur quoi je suis vraiment prêt à m’engager ?

Moi, j’ai fait un serment un peu raté, sur le moment,. Mais qui me poursuit encore même si je le ferai différemment aujourd’hui. Je me suis engagé à tuer mes doubles. Un par un. Tout ceux que j’ai créer et qui me secondent , qui me représentent auprès des autres. Peu à peu. Je leur fait la chasse. J’ai pensé à cela quand mon voisin s’est proposé de m’essuyer les pieds. Je ne le connaissais pas avant. Et je me suis dit, à ce moment là, que j’étais un mec CONSIDERABLE !

L’expo dans la rue périssable. Cette petite princesse Guarani avait donné sa parole, un engagement pour son peuple, dans sa langue. C ‘était la première fois qu’elle prêtait serment. Elle ne connaissait pas avant.

Je suis resté avec l’équipe de Piste, les jours suivants, comme volontaire. On remplissait les bassines, on accueillait les visiteurs, on s’amusait bien. Là, On a eu un groupe d’adultes déficients mentaux. Pendant la balade, on nous a proposé de prendre la parole au micro sur scène. Ils ont préparés alors une allocution. Bouleversante.

Je n’ai pas de fin. C ‘est aller trop vite. J’ai rien prévu pour la suite. Il y avait bien cette femme, Geneviève, mais voilà : mes héros et mes marraines sont des personnes fatiguées, d’avoir tout donné. Elles font pâles figures dans les réceptions, dans les vernissages. A la fin du boulot, elles vont se coucher, s’effondrer sur un lit trop dur, exsangues d’avoir pousser au bout tout les possibles, d’avoir épuiser leurs crédit d’âme, d’avoir aimer, et pas avec des pincettes.

Genève, le 10 septembre 2016 A. D .


Répondre à cet article
Banque des Serments RIO
  • Titre : Banque des Serments RIO
  • Descriptif : exposition en cours à Genève, Saint Gervais