CHARIVARI, chantier musical
jeudi 19 mai 2011
par NA Franck
JPG - 58.2 ko

extraits de CHARIVARI

film 38 minutes

de François de LIMOGES et de Franck NA

(chantier lyrique)

Meyrin Genève

Charivari début IMG/flv/Charivaridebutextrt.flv
film de 40 minutes (extrait)
les Bétonneurs IMG/flv/CharivarievtraitBetonneurs.flv
CHARIVARI extrait du film
JPG - 99.2 ko
JPG - 65.7 ko
le VIADUC IMG/flv/charivariextraitviaduc.flv
extrait de CHARIVARI mai 2011
Rencontres amoureuses IMG/flv/charivarifille.flv
Charivari extrait
vers la fin du film IMG/flv/charivariiiiii.flv
extrait de CHARIVARI

Comme des gosses dans un terrain vague, les réalisateurs FDL & FN, ont fréquenté pendant 3 ans le chantier du tram de Meyrin, près de Genève.

L’hiver, l’été, La nuit, le jour, dans les trous, au milieu des routes et sur les toits, ils ont scruté, attendu, filmé, un tricératops arrachant une barrière, des habitants voyageant au coeur de la terre, des maçons assemblant un élément d’une station orbitale.

Ils ont enregistré les cris, murmures, silences du chantier, les folles percussions des marteaux, la corne de brume des bétonneurs, le courant d’air du tunnel et surtout le chant, la belle voix du tram.

Joyeux, ils vous présentent aujourd’hui ce film-opéra-chantier-chanté.

JPG - 151.3 ko
Pont Prébois
JPG - 110.5 ko
décor d’opéra
JPG - 122.5 ko
Viaduc, O mon Viaduc, Fleuron de ma saga
JPG - 52.5 ko
JPG - 103.2 ko
JPG - 95.8 ko

Pendant les trois années que durèrent le chantier du Tram de Meyrin et de sa tranchée couverte, à côté de Genève, François de Limoges et Franck NA suivirent les travaux publics avec leur caméra. Peu à peu, enclins à la poésie de ces travaux titanesques, les deux réalisateurs dégagèrent les images et les sons pour orchestrer un opéra urbain. Les informations sont bien là mais c’est une ode à la force d’organisation malgré le chaos apparent. Les ouvriers, les intempéries, les espaces incertains sont saisis dans une intimité dénotant d’une attirance non pas pour des ruines romantiques mais pour les architectures éphémères et les musiques impromptues. Un film-chantier abouti.

JPG - 122 ko
JPG - 206.2 ko
JPG - 93.4 ko
JPG - 61.6 ko

CHARIVARI

texte du livret : Voix chantée par Marie CHAVENEAU, CHARIVARI 2011

"Je vire

je glisse

Je suis la machine sur rails

Le tram, je suis. Je suis les rails .

Géante de glace érigée par des mains d’hommes bardés d’outils et de gants qui me hissent et me palpent et s’éreintent à dresser mon lit.

Charivari

J’arrive hardie

Hardi j’arrive

J’arrive, hardi

Charivari

Pour ce faire, la ville s’est ouverte les entrailles

Sens dessus dessous la chaussée défoncée

Piètre enclume

et au ciel découvert toute la terre tassée

bâillonnée de bétons et bitumes.

Avanchet

Deux minutes d’arrêt

Biiip biiip

Prochaine station

Blandonnet

Je suis la machine sur rails

Le tram, je suis. Je suis les rails .

Des saignées, des tranchées, Chirurgie de Titans,

Greffes de métal blanc, Cousus de fil de fer,

Les tubes et tuyaux cadavérés sous le Macadam

inhumés

Blandonnet

Deux minutes d’arrêt

C’est le bal des experts

Et des ouvriers engossés dans des panoplies colorées

A la puissance hardie, à la démarche pesante,

Déploient leurs outils et font vrombir leurs machines

Pour asseoir,enfin, mon trône de reine sybilline.

Route de Meyrin . MEY_RIN

Viaduc, mon viaduc,

Fleuron de ma saga , moi qui tourne en rond, toboggan réservé aux fesses princières.

Viaduc, mon viaduc,

Fleuron de ma saga , toboggan pour mes fesses princières.

J’arrive dans l’artère principale, J’arrive,

j’arrive dans l’artère principale

de la ville par une glissade majestueuse

Je suis locomotrice et dessert ma ville, en servile semeuse.

Meyrin Gravière

Mes protégés m’ignorent,

Le confort les endort, eux.

Je suis un gros serpent de fer,

Qui se déleste de ses oeufs,

comme une insatiable pondeuse.

Forum de Meyrin

Terminus

Et c’est reparti dans l’autre sens

Forum Meyrin

Route de Meyrin.

…MEY - RIN..

Balexert

Attention sortie à gauche

Blandonnet

Attention sortie à gauche

Avanchet

BIP BIIIIP

"

JPG - 136.1 ko

 [1]

Abdul DANCE 2011

]]

[1] Pour parvenir à ses fins, à ses rêves de splendeurs, d’une Meyrin de l’avenir. Meyrin la Ville s’est doté d’une ligne de tram. Pour se faire, elle s’est entaillé le ventre, casser les routes et couper ses arbres. Charivari sens dessus dessous.

C’est parti. D’entre trois cailloux, la source s’élance au soleil. Le chantier cérébral bat son plein On s’en donne à cœur joie On trace, on cogite, on dessine, on biffe et rebiffe. On convoque des experts, on discute, l’idée se faufile entre écrans, entre des têtes. On imagine : Des plans sur la comète. On polémique, on s’entête. Pour finir par s’entendre. Les corps de métiers sont convoqués. « - Ouah. C’est trop cher. Et avec moins de pots de fleurs ? Bon ça ira comme ça. Mais faudra pas dépasser. Faut que ça rentre dans le budget. Pas d’excès. »

Au petit matin, les troupes se réunissent pour un court conciliabule. Puis elles se dispersent à entreprendre chacune un bout de la chaine du chantier. Derrière des barrières de fortune, mille petits foyers grignotent la tâche. Engossées dans des panoplies de sécurités, des figures d’hommes hardis déploient leurs outils et leurs machines.

Et toujours prudentes, toujours attentionnées avec les riverains, les dizaines de hordes colorées dévorent un torrent de bitume et de calcaire. Le torrent prend de la hauteur et se gèle. Les voussoires du viaduc comme les anneaux d’un énorme reptile sont ajustés méticuleusement, un à un . Des milliers de lances métalliques l’aiguillonent. Il est creux, ce serpent des mers, et des hommes aux gilets de couleurs vives l’arpentent, le hantent, l’habitent.

Partout sur les 9 kilomètres du chantier, des sillons béants fendent le sol. Les gros tubes noirs, du futur chauffage urbain, les cables d’énergie et les fils de communication, les tuyaux d’eau, potable ou viciée, les traverses des rails, les graines pour la prochaine saison, tous attendent leur tour d’être inhumés, pour dans l’ombre et l’oubli irriguer la vie de la cité.

Sur toutes ces plaies de voirie, se côtoient des tribus, fantassins casquées du génie civil, et d’entreprises de travaux publics. Dans le marasme du chantier, ils se faufilent, se diluent, ils foulent du pied ce qui sera bientôt recouvert, toute cette terre tassée, bâillonnée par béton et bitume. Ils sont maintenant dans l’artère de la ville. Ils le savent. Ils érigent un géant couché. Ils le façonnent. Ils entendent déjà les fluides, et le grondement des turbulences de l’humain agité ; mais ils imaginent, ils imaginent toute cette ferraille qui va passer par là, ils imaginent tous ces écrins à bipèdes, par la roue, décuplés. Chacun imagine, et c’est facile, le trafic ne s’étant jamais arrêté, par cette magie organisée, imagine, toutes ces journées comme des flux convergents, imaginent une ville-mobile, une cité en mouvement perpétuel, reine de la dynamique des fluides. Comme un tapis persan aux motifs volants…

L’hiver a été rude et parfois imposa des latences. Mais ils sont là, - bottes, gilets, casques - tous, tous les matins, tôt. Et la puissance agile de leur travail saura vaincre les multiples anicroches. Pour donner à la population, un monument horizontal, la voix de son avenir.

Genève, mars 2011, NA