pseudo-fiction L’éclipse , Forum Mondial Social , Tunis 2015
lundi 20 avril 2015
par NA Franck
JPG - 725.5 ko
JPG - 155.4 ko
je suis bardo
photo NA

pseudo fiction Tunis A l’occasion du Forum Mondial Social à Tunis du 24 au 28 mars 2015 , des d’habitants d’habitants de Menzel-Bourghiba participent à la conception et au tournage d’une fiction du 19 au 25 mars à Menzel-Bourghiba, puis à Tunis les 26, 27 et 28 mars dans l’enceinte même du Forum Mondial Social,

JPG - 612.7 ko
Pseudo fiction L’éclipse
le DVD est prêt
JPG - 57 ko
pseudo fiction
Concert-projection TUNIS 18 mars 15

avec un concert joué en direct et en public DEVANT LE film. [1]

JPG - 83.3 ko
JPG - 77 ko
JPG - 101.6 ko
Pseudo Fiction générique IMG/flv/PseudoFictiongenerique.flv
extrait
JPG - 90.3 ko
JPG - 85.8 ko
JPG - 70.9 ko
JPG - 90.2 ko
JPG - 73.9 ko

" Pseudo-Fiction Tunisie" fiction participative avec les habitants de MENZEL-BOURGHIBA et Franck NA :

JPG - 56.1 ko
JPG - 55.8 ko
pseudo fiction

présentation publique : le samedi 28 mars sur la scène de AL MANAR, FACULTé DE TUNIS : PROJECTION en avant-première de PSEUDO-FICTION Tunisienne avec concert en direct de musique traditionnelle arabe et musique originale contemporaine,

Projet de Franck NA

avec l’appui l’ Institut Culturel Arabe et Méditerranéenne et de PALC (Genève)

doc3408|left|player> « Pseudo-fiction Tunisie  » Menzel Bourghiba 2015. Création musicale interprétée en direct devant la première projection. En français.*

JPG - 74.4 ko
JPG - 455 ko
au centre Culturel de Menzel-Bourghiba
JPG - 293.3 ko
10402491_772235952871912_247383813641499060_n

  [2]] une page facebook a été ouverte et deux articles vont paraitre dans www.alachaine.ch sur notre opération dans le cadre du FSM Concernant le forum Mondial Social de Tunis, voir http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article351 https://www.facebook.com/events/940680825965231/

JPG - 585.8 ko
JPG - 31.9 ko
JPG - 57.8 ko
JPG - 60.3 ko
JPG - 72.9 ko
JPG - 74.6 ko
JPG - 91.4 ko
JPG - 79.1 ko

générique : PSEUDO-FICTION un film tourné à Menzel-Bourghiba et à Tunis en mars 2015 lors du Forum Mondial Social

Avec la paricipation de

Lamani Imen Ridha Hammami Abbassi Sorya Jaouidi Chokri Dridi Zied Karim Darraji Souli Dhekra Onss Neili Khadhnouni Khaled Mohammed Nibzi

Les danseurs : Molka Ben Ali Magib Ben Hag Ghada Jobbar Nafik Ben Haj Mari Ben Haj

Les musiciens : Riadh Ben Slama Mohamed Amine Saafi Jasser Bedoui Musique originale enregistrée pendant la projection du 27 mars 2015 à Tunis.

Merci aux habitants de Menzel-Bourghiba et à la famille Souli,

Aux acteurs du Forum Social Mondial 2015

à Apo-33 du Village Nomade

au Centre Culturel de Menzel-Bourghiba dont son directeur : Dridi Fathi

A Sofien Ben Nejma et à Jalel Matri

Réalisation : Franck NA

avec l’appui de l’ I C A M Genève Institut Culturel Arabe et méditerranéen

P A L C Genève Production A La Chaine

mars 2015

JPG - 95.7 ko
JPG - 100.1 ko
JPG - 97.4 ko
JPG - 51.7 ko

[1] Pseudo-Fiction FSM 2015 Tunisie L’ensemble du Centre Culturel de Menzel Bourghiba a joué un rôle crucial dans cette aventure hautement risquée par le défi, lancé en si peu de temps et dans un contexte politique critique.

le montage définitif : 32 minutes.

Le principe était d’impliquer une quinzaine de jeunes d’une ville située à 60 kilomètres de Tunis, et de les embringuer dans le tournage d’un film de fiction, avec le FSM comme cadre.

... nous nous sommes entendus, écoutés, compris, appréciés. Nous avons ri ensemble, imaginé, et travaillé sur une création commune. Nous avons partagé la bohême. Et je n’oublierai pas certains regards devant la foule cosmopolite et fraternelle du Forum Mondial Social, à Tunis. Il y a eu de la générosité, de l’humour, de la connaissance, de l’empathie (un vilain mot pour dire de l’amour).

Dans le contenu, je me suis rendu compte de la difficulté pour les habitants d’être lucides sur leur propre milieu et d’avoir un avis singulier communicable. C’est un chemin long et difficile que doivent prendre ceux qui se destinent à la communication, à l’art, aux médias. J’ai tenté parfois d’éclaircir des idées mais j’espère n’avoir pas influencer sans donner les moyens de réflexion. Nous avons eu des discussions très vives, en particulier sur la représentation de l’environnement. Et se sont affrontées (dialectiquement) des conceptions "cartes postales" à une représentation véridique de la réalité de la ville. Ces débats de fonds ont fait partie du stage et du film. Je remercie les participants d’avoir su faire des compromis, ce qui est le propre d’un acte politique (collectif). J’ai du, moi aussi , mettre de l’eau dans mon vin (adoucir mes certitudes).

Le film Pseudo-Fiction FSM est, je crois une expérience intéressante d’écriture cinématographique. Les glissements entre jeux de personnages et confrontation avec une réalité événementielle comme le Forum Mondial Social de Tunis ont été autant une aventure humaine, qu’une forme de cinéma sciemment voulue, et plutôt réussie, même si elle mériterait encore d’être approfondie, creusée, précisée et plus charnelle. Il manque sans doute une cohérence globale mais plusieurs scènes sont des perles soit dans le jeu des acteurs, soit dans le cadre, soit dans un mélange mystérieux entre différents paramètres. Il y a de la poésie qui pointe son nez par moment. Donc BRAVO à toutes et à tous.

... je reste persuadé que nous contribuons à faire connaitre les valeurs du Forum Mondial Social, en utilisant une forme participative ce qui lui correspond et que nous avons produit un document qui s’adresse à un public qui n’est pas forcément attiré par les reportages ou les interviews militantes.

Parmi les prouesses de notre opération, il y avait la musique : en effet, la contrainte fut de composer la musique du film (en une fois, un soir au centre Culturel de MB), puis de venir jouer en direct et en public, (sans autre répétitions et pour les musiciens, sans avoir vu le film avant puisque nous avons tourné pendant le FSM de Tunis et fini le montage quelques heures avant la projection). Là aussi, le contrat a été rempli : les trois (et non quatre) musiciens sont venus de Menzel-Bourghiba. Ils se sont installés, ont pris connaissances d’une mini-partition que je leur avais dessinée, et ils ont joué. Une consigne a été oubliée : celle qui consistait à n’utiliser qu’un instrument par personnage au début du film. Par contre, ils ont bien joué toutes les autres parties avec brio. Actuellement, je travaille sur la bande-son du film Pseudo-Fiction FSM Tunisie en essayant de restituer ce principe d’un instrument par personnage. (comme dans Pierre et le Loup de Prokofiev par exemple). Ce paramètre est un choix de forme que nous avons empruntée au spectacle d’ombres et lumières de KARAKOUZ comme origine de l’histoire du cinéma tunisien. De cet art populaire, nous avons repris aussi la simplicité de mise en scène, la lumière (le film est manifestement rempli de contre-jours plus ou moins naturels.D’ailleurs le thème de l’éclipse, naturelle ou humaine est le vrai sujet du film, au-delà d’un portrait de la ville de Menzel-Bourghiba), et le visuel primant parfois sur la parole.

Il y a deux extraits vidéos disponibles : (mais entre temps j’ai changé un peu le montage et ce ne sera pas ces versions qui seront dans le film Pseudo-Fiction FSM Tunisie  !) :

une fiction participative au sein du FSM :

[2] - Pseudo-fiction l’éclipse est un film de 32 minutes qui se compose en trois parties : Tout d’abord des personnages se présentent par une courte action muette-. Une musique leur est associée. Un décor aussi.

Ensuite, on retrouve ces personnages ou acteurs dans des dialogues simples : (en général en arabe)
- pantomine et annonce du Forum Mondial Social de Tunis
- Vieux berger réactionnaire sermonnant une jeune femme pour sa tenue vestimentaire en particulier. — scène de rupture et de tendresse et l’éclipse
- jeune couple devisant sur les toits de la ville (Menzen-Bourghiba)
- Scène de pêche avec usine dans le lointain
- scène de drague entre deux classes sociales.

Puis départ pour le Forum Social de Tunis et annonce des attentats-

On se retrouve les mêmse acteurs qui cette fois découvrent le FSM et y cherchent leurs places.

Performance collective de fin, toujours en musique, musique qui a été jouée en direct par les trois musiciens compositeurs . devant l’écran de la première projection publique qui fut donnée dans le cadre du FSM le 27 mars 2015, un peu comme à l’époque du cinéma muet. La musique a été ensuite insérée dans le film.

Le thème de l’éclipse parcourt le film, car c’est une période transitoire et sombre que traverse les Tunisiens avec l’attentat qui eu lieu pendant le tournage du film. L’ambiance était assez sulfureuse, et le disque de mèmoire de la caméra fut en particulier chapardé par les services de sécurité nationale, qui ne parvinre qu’à en effacer une partie des fichiers videos déjà tournés. De plus, il y eu véritablement une éclipse de soleil pendant le tournage.

Le tour de force fut d’une part de déplacer des jeunes d’une petite ville (anciennement FerryVille, aujourd’hui Menzen Bourghiba, située à 60 kilomètres de Tunis) et de les aider à s’investir dans le grand événement qu’est le Forum Mondial Social et d’autre part, en un temps très court de réussir à composer des images et une musique associées , jouées en live pour la première fois devant le film projeté. L’esthétique du film est influencée par le théâtre d’ombres traditionnel tunisien. (contre-jour, saynettes...)

[ http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article350-> http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article350