Rôle central du Crédit Suisse dans le financement du pipeline sur territoire sioux
jeudi 2 mars 2017
par NA Franck
JPG - 62.6 ko
Credit Suisse
Credit Suisse Dakota IMG/flv/ManifCreditSuisseDakota.flv
contre le pipeline sur les territoires des autochtones du Dakota

Contre l’implication majeure du Crédit Suisse dans le financement du pipeline DAPL.

Soutien au camp de Standing Rock et des combats actuels des autochtones du Dakota.

JPG - 110.3 ko
clic pour zoomer

Voici la lettre remise ce jour au Crédit Suisse Genève et que chacun peut recopier et envoyer au Crédit Suisse :

2 mars 2017

Zip - 13.6 ko
lettre à faire parvenir au Crédit Suisse
pour que le territoire Standing Rock ne soit pas utiliser par les sociétés de pétrole.

Concerne : investissements dans les énergies fossiles et notre avenir à tous

A la direction du Crédit Suisse Ainsi qu’à leur personnel et leurs clients

Messieurs, Nous sommes scandalisés d’apprendre que le Crédit Suisse est – contrairement à vos affirmations – de loin le principal bailleur de fonds de l’oléoduc Dakota Access Pipeline (DAPL) aux Etats-Unis.Vous y avez investi près de 1.4 milliards de dollars dans le projet et dans les différentes entreprises impliquées, enfreignant ainsi vos propres « lignes directrices » ! Ce chantier - suspendu par le président Obama, suite à une vaste mobilisation – a été relancé par Trump, qui vient d’expulser le camp du peuple Sioux qui s’y oppose depuis des mois, malgré de multiples violences policières. Cet oléoduc traverse des terres considérées comme sacrées par les communautés amérindiennes locales, bafouant ouvertement leurs droits fondamentaux. Il menace l’eau de millions de personnes en cas de fuites. Plus généralement, la consommation des énergies fossiles est la cause principale du changement climatique en cours, qui nous menace de désastres environnementaux et sociaux sans précédent. Selon les scientifiques du GIEC et l’Agence Internationale de l’Energie, au moins les deux tiers des réserves déjà connues doivent rester sous terre , si on veut éviter un réchauffement de plus de deux degrés, au-delà duquel un emballement fatal du processus devient probable. Or, les 25 plus grandes banques (dont le Credit Suisse) investissent 9,5 plus dans les fossiles que dans les renouvelables ! Vous financez ainsi un désastre planétaire . Vous pensez peut-être que votre seule responsabilité est la rentabilité de vos portefeuilles, mais ces crédits gigantesques que vous accordez déterminent l’avenir de toutes nos sociétés. Si vous ne reconnaissez pas cette responsabilité prioritaire, c’est notre devoir en tant que citoyens, parents, grand-parents, et simples personnes responsables d’agir par tous les moyens pour que les accords internationaux sur le climat soient effectivement appliqués.

- C’est pourquoi je vous demande instamment de retirer vos fonds des entreprises impliquées dans le DAPL, et de transférer vos investissements dans les énergies fossiles vers les énergies renouvelables.
- C’est pourquoi je me joint à la campagne pour le désinvestissement des énergies fossiles et en particulier au nouvel appel au désinvestissement du DAPL, Divest & Invest . qui en appelle à tous vos clients, particuliers comme institutionnels (fonds de pension, etc.), de faire de même, ou si nécessaire de transférer leurs fonds ailleurs.
- C’est pourquoi je vous demande de vous engager qu’à l’avenir vos investissements respecteront le droit des peuples autochtones au consentement libre, préalable et informé, relatif à tout projet sur leurs territoires.

Il ne s’agit que le début d’un mouvement social international dont la détermination ne pourra que croitre avec la dégradation de la situation. A cet égard, le président de la Banque d’Angleterre, ainsi que le Le ministre britannique de l’Energie et du Changement climatique a d’ailleurs averti de l’existence sur la Bourse d’une « bulle de carbone » bien plus grande que celle des « subprimes ». En effet, tôt ou (trop) tard, face à la dégradation du climat, l’opinion publique imposera l’arrêt de l’extraction des énergies fossiles. A ce moment, la valeur en Bourse de toute cette industrie s’écroulera. Si ce n’est qu’en tant que gestionnaire de fortune, il faudrait y songer !

En espérant que vous tiendrez compte de ces éléments, Avec nos salutations citoyennes,

Breakfree Genève propose à toute personne se sentant concernée par l’avenir de notre planète fasse le geste de transmettre cette lettre à la direction ou à une succursale du Crédit Suisse, d’une manière ou d’une autre : en personne, par lettre ou courriel, ou encore en la lisant au téléphone !

Les personnes qui voudraient la transmettre à la fin de notre rassemblement à Genève sont priés de le faire en fil « indienne », les unes après les autres (tout groupe de personnes pouvant être considéré comme une manifestation illégale par la police) et en tenant bien haut leur lettre. De cette façon, il sera clair qu’il s’agit d’un acte de liberté d’expression.

Courriel du Crédit Suisse via le contact :

https://www.credit-suisse.com/ch/fr/asset-management/contact-form.html

Téléphone, Place Belair : 00 41 22 391 21 11

JPG - 383.4 ko
JPG - 484.2 ko

Le patron de Total chahuté à Genève par le collectif Break free http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article394
- >

Le collectif Break Free avait préparé un comité d’accueil au cri de

"TOTAL’MENT IRRESPONSABLE" !

Faucheurs de chaises à BNP Paribas Genève. http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article373

Des citoyen.ne.s mobilisé.e.s contre la mascarade de la COP21.

Manifestation à Genève du 2 février 2017

Rôle central du Crédit Suisse dans le financement du pipeline sur territoire sioux

Contre l’éviction du camp de Standing Rock et l’implication majeure du Crédit Suisse dans le financement du pipeline DAPL.

http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php ?article405