Historique

Historique de l'Ilôt 13

  • 1984. Projet de démolition-reconstruction de l'Ilôt 13.
  • Occupations - réponse à la crise du logement
  • Contrats de confiance (initiative de C. Haegi).
  • Difficultés financières de la Ville - organisation en coopératives et projets de baux associatifs.
  • Investissement des habitants dans l'entretien des immeubles.
  • Droits de superficies octroyés à des coopératives (25, 27 rue des Gares).
  • 1991 Concours Europan. Plan localisé de quartieDroits de superficies - échanges parcellaires.
  • 1996 - 1998 Coopératives : Construction de la Ciguë (coopérative d’habitation de personnes en formation), Rénovation du 15-15bis rue des Gares.
  • 1996-1999 H.B.M. : Construction du 20-22 Montbrillant, rénovation du 24
  • 1999 H.L.M. : Construction du 29 rue des Gares.
  • 2000 : Rénovation de la Maison des habitants par la Ville et par l'Association des Habitants.

Historique général - Sur le plan urbain

  • années 50'60' : Croissance de la ville, occupation progressive du centre urbain par le tertiaire, spéculation foncière,
  • Destructuration du tissu socio-urbain du centre ville.
  • Déplacement des populations vers la périphérie
  • Dès la fin des années 70: engorgement du centre - développement de la communication - crise économique: mouvement de repli du commerce et de l'industrie à l'extérieur de la ville (développement de la mégalopole - voir à ce propos : A. Corboz "L'urbanisme du XXe siècle, esquisse d'un profil, FAS 1992). Accentuation de la spéculation foncière.
  • Problème actuel: Comment revitaliser la cité dont le tissu urbain a été sacrifié au profit du tertiaire et des voies de communication qui lui sont liées ? Comment la décongestionner ?

Sur le plan culturel

Au cours des années passées s'est développé à l'Ilôt 13 une véritable culture de quartier : ensemble d'usages, modus vivendi, intérêts communs. Au titre de cette culture on peut citer :
  • La démocratie directe y est pratiquée (au niveau des diverses coopératives, de l'association des habitants, des baux associatif, de la Maison des Habitants, etc)
  • On y trouve des entreprises privées ou associatives répondant aux besoins spécifiques d'une population aux revenus modestes, mais n'ayant pas renoncé à certains critères de qualité : LO'13'TO (cantine associative à vocation biologique), Biotek (épicerie biologique), Maison des habitants (lieu de rencontres - organisation de concerts - ateliers, locaux de répétitions, laboratoire - etc.).
  • Dans la pratique, les habitants et usagers engagent du temps, des compétences et de l'argent pour concrétiser leurs aspirations, devenant ainsi des partenaires responsables de leur lieu de vie.
  • La population est mixte (habitants, artisans, célibataires, familles, enfants, étudiants, salariés, indépendants).
  • On peut noter que la population comporte une proportion importante d'agents culturels actifs (artistes professionnels ou amateurs, organisateurs, etc.).
  • L'Ilôt 13 pourrait être considéré comme un laboratoire de reconstruction du tissu socio-urbain, pensé à l'échelle humaine (celle du quartier). Tous les ingrédients existent pour permettre une réalisation pilote.
  • Une telle opération, qui répond à une demande populaire et s'appuie sur l'engagement des habitants, n'est pas tant l'expression d'une nostalgie, que celle d'une volonté de maintenir en ville des espaces de convivialité. D'autres opérations ont, dans un passé récent à Genève, participé de cette même volonté : restauration des Grottes, Bains des Pâquis, Usine, Lissignol (bail associatif), Villereuse, etc. Ces diverses opérations se caractérisent par un refus de la "table rase" et prennent aussi en compte les possibilités de rénovation du bâti existant et les intérêts des usagers.