Hiver à Montréal

by adafairy

Pour les non-initiés, j’ai émigré à Montréal au mois d’octobre.

Réchauffement de la planète ? Légendes urbaines ? Je ne sais pas quelle en est la raison, mais l’hiver à Montréal, cette année, ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais.

Bon, il y a eu de la neige, mais uniquement 40 cm (tempête en décembre) et 20 cm (mi-janvier), du verglas (un peu, ce dont je ne me plains pas) et il a fait froid, mais maximum -15°. Mais où donc sont passés mon 70 cm de neige! Mon verglas pendant des jours. Mon -30°/-40°??

vélo dans la neigeEn décembre on m’a dit : « ça viendra en janvier et février, les deux mois les plus froids de l’année ». Janvier est arrivé à son terme… et toujours pas de température polaire ou de nouvelles tempêtes de neige pour remplacer celle qui commence � partir! Février a intérêt à relever le niveau, ou plutôt à le descendre devrais-je dire.

Ce n’est pas que je sois déçue, car il y a malgré tout plus de neige qu’à Bruxelles, mais j’avais vraiment envie de vivre un long hiver vraiment froid avec plein de neige, de vent glacial qui vous rentre dans les os, de soirées au coin du feu avec une bonne tasse de thé dans une cabane au fond des bois et dans les bras d’un beau et grand bûcheron qui sentirait bon le bois coupé et le sapin… euh je m’égare, désolée. Evidemment, quand la neige est là , qu’elle vient juste de tomber, qu’elle recouvre les trottoirs, les rues, les toits de maisons et les voitures, c’est absolument magnifique, une véritable image de conte de fées, avec le son qui semble étouffé par la neige.

Photo de neigeBien sûr, en ville, cette image féerique ne dure pas bien longtemps, les rues et les trottoirs se retrouvent assez rapidement recouverts d’une affreuse boue brunâtre. Même si ils ont ici un système de déblayement et d’évacuation de la neige on ne peut plus efficace (ils ont la pratique il faut bien l’avouer), avec énormes bulldozers chasse-neige pour les rues et petits bulldozers pour les trottoirs (qu’ils appellent des bombardiers), puis des souffleuses à neige pour mettre la neige dans des camions qui la déverseront en dehors de la ville (!), il y a malgré tout toujours des coins de rues où l’on risque de se faire éclabousser par une flaque de neige fondue brunâtre. Ce qui n’est jamais des plus amusants, il faut bien l’avouer. Les montréalais me disent, bien évidemment, que j’ai de la chance d’avoir un hiver aussi « doux » pour une première expérience, mais pour un hiver avec de la pluie et des températures tournant autour du 0° à +5°, j’aurais pu rester en Belgique.Je ne désespère cependant pas, après tout, l’hiver n’est pas fini et il paraît qu’il peut neiger au mois d’avril! Je n’ai certes pas du tout hâte de voir arriver l’été, car s’il y a bien une chose que j’appréhende depuis que j’ai décidé de venir habiter Montréal, c’est l’été et sa chaleur humide. Tout ce que je n’aime normalement pas pour la saison dite belle, mais on verra avec le temps.

One Response to 'Hiver à Montréal'

  1. admin Says:

    Chouette ! En voil une bonne surprise. En recevant tes photos de neige, j’avais envie de te suggérer d’en publier quelques unes ici. Je vois qu’il y a eu une sorte de transmission de pensée :)
    Pour ce qui est des températures polaires et des mètres de neige, je crois qu’il te faut d’abord trouver le bûcheron qui t’accueillera pour te réchauffer dans sa cabane au fond des bois.

Leave a Comment

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>